France, Politique, Régionales 2015

Front républicain : le PS se divise

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

« Je ne souhaite pas que les camarades présents au premier tour, dans un scrutin à la proportionnelle, se désistent », a indiqué Luc Carvounas, lundi 12 octobre, à l’antenne de Sud Radio. Le sénateur PS du Val-de-Marne et directeur de la campagne électorale de Claude Bartolone, tête de liste en Ile-de-France, ne veut pas entendre parler d’une « union » avec la droite et d’un retrait des listes socialistes après le premier tour en cas de troisième place. « Cela voudrait dire que, dans l’hémicycle, on laisserait pendant plusieurs années des débats entre des élus du FN et la droite représentée par les amis de Nicolas Sarkozy. Ce n’est pas ma tasse de thé, ce n’est pas mon ambition. »

Une déclaration qui tombe à quelques jours du référendum proposé par Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, sur l’union de la gauche, qui se tiendra le 16, 17 et 18 octobre. Tous les électeurs de gauche seront invités à répondre à la question « Face à la droite et l’extrême droite, souhaitez-vous l’unité de la gauche et des écologistes aux élections régionales ? »

Une union qui divise

« Au soir du premier tour, là où il y a un risque majeur de voir le FN prendre la région, il faudra se retirer », a assuré, de son côté, sur Itélé, le mois dernier, Anne Hidalgo, la maire PS de Paris.

Ces divisions risquent de fragiliser la gauche, déjà donnée perdante dans les sondages.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone