France, Politique, Régionales 2015

Pécresse déplore la « perte de vitesse » économique de l’Île-de-France

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

« L’Île-de-France a toujours été la région la plus dynamique de France mais elle est en perte de vitesse » a déclaré ce lundi au quotidien Les Echos la candidate du parti Les Républicains aux élections régionales en Île-de-France, Valérie Pécresse. Le président de la région ne se conduit pas en entrepreneur mais en rentier. Il récolte l’argent des impôts puis le distribue en faisant des chèques. »

Devant ce constat, celle qui brigue la présidence de la région francilienne pour la seconde fois (après 2010) a déroulé son programme économique pour l’Île-de-France. À deux mois des élections régionales, elle a annoncé, pèle-mêle, un rapprochement de la région avec les entrepreneurs franciliens, l’élargissement des circuits touristiques au-delà du périphérique ou encore le déménagement du siège de la région en banlieue.

« Tout chambouler à la région Île-de-France »

La candidate a présenté les trois premières mesures qu’elle souhaiterait mettre en oeuvre pour redynamiser l’économie de la première région de France. En premier lieu, Valérie Pécresse veut s’inspirer de Londres ou de Shanghai et former un conseil de chefs d’entreprises implantées en Île-de-France, pour l’aider à « orienter la politique économique ». Elle a également annoncé vouloir mettre en place une grande conférence regroupant des entreprises, des syndicats, des chercheurs et des banquiers sur des thèmes tels que la croissance, l’emploi, les conditions de vie au travail ou la formation. Enfin, la candidate affirme vouloir « tout chambouler à la région Île-de-France » en mettant l’accent sur l’investissement, qui « va changer le visage de la région ».

Quant aux financements, Valérie Pécresse veut récolter des fonds en vendant les cinq hôtels particuliers que possède la région – un patrimoine qu’elle estime à 250 millions d’euros – et en faisant appel aux fonds européens, notamment via le « plan Juncker » de soutien à l’investissement.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone