France, santé

Cannabis : où en est le débat sur la légalisation ?

Bruno Le Roux, le président du groupe PS à l’Assemblée Nationale, s’est positionné en faveur d’un débat sur la légalisation du cannabis. Mais la conjoncture politique se prête mal à une évolution de la législation. Explications.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Interrogé par Public Sénat et Sud Radio, Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l’Assemblé nationale, a demandé l’ouverture d’un débat sur la légalisation du cannabis. Récemment, plusieurs rapports ont fait de même. Pourtant, la légalisation ne semble pas imminente.

Qui plaide pour la légalisation ?

La gauche soutient une ouverture du débat, sans plaider clairement pour une légalisation. L’ancien ministre socialiste de l’Intérieur, Daniel Vaillant, a la position la plus équivoque. Il veut une « légalisation contrôlée ». Il demande la mise en place d’une filière surveillée de la production et la conventionnalisation des conduites à risques, semblable à ce qui se fait pour l’alcool. Le think thank progressiste Terra Nova, proche du PS, plaide aussi pour une évolution de la législation.

Le 24 juin 2015, le Conseil économique social et environnemental (CESA) a recommandé, dans un rapport sur les addictions, l’ouverture du débat. Enfin, une session spéciale de l’Assemblée générale de l’ONU sur les drogues est prévue en 2016.

Quels arguments utilisent les partisans de la légalisation ?

Les arguments portent à la fois sur les produits consommés et sur les modes de consommation. En légalisant, les partisans espèrent que la qualité du cannabis sera mieux contrôlée, « le produit étant en général frelaté ». Aussi, légaliser la consommation permettrait de mieux l’encadrer.

Il serait possible de contreventionnaliser les conduites à risque – la consommation étant actuellement considérée comme un délit, donc passible de peines de prison. Légaliser la consommation permettrait enfin d’éviter les trafics : le cannabis ne serait en vente que dans des centres agréés sous licence.

Qu’en pense l’opposition ?

L’opposition dénonce les propos de Bruno Le Roux. La droite et le Front national sont opposés à une évolution de la législation concernant le cannabis.

Le sénateur Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains, en est un des plus fervents opposants.

Il s’est opposé le 13 octobre 2015 à la création d’une association « Cannabis Social Club » en Vendée, dont il est le sénateur.

Allons-nous vers une légalisation ?

Le débat risque de devenir de plus en plus récurrent, climat international oblige – certaines Etats des Etats-Unis, le Canada, l’Uruguay, le Chili légalisent ou s’y dirigent. L’ONU pourrait aussi encourager la France à se positionner. Néanmoins, la conjoncture politique, notamment le désaveu de la gauche et la popularité du Front national, devrait retarder fortement un débat sur le sujet.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone