Actualités

3 gagnants et 3 perdants du 12 mai 2016

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Gagnant #1 : Les cancéreux indiens

En Inde, l’autorité de régulation des médicaments a décidé de réduire de 55% le prix de 54 médicaments jugés comme « essentiels ». Cette baisse concerne notamment des traitements contre le cancer du cerveau, le cancer du sein, l’hypertension et le diabète. Aujourd’hui en Inde, le cancer est la première cause de mortalité avec 1 300 décès chaque jour, une augmentation de 60% depuis 1990.

Gagnant #2 : La démocratie brésilienne

Dilma Roussef (parti des travailleurs) est suspendue de ses fonctions de présidente de la République du Brésil pendant 180 jours. Elle va désormais être jugée, et le verdict du procès la forcera peut-être à la démission. Elle dénonce un coup d’Etat du Sénat, qui a pourtant suivi à la lettre les textes constitutionnels.

Michel Temer (parti du mouvement démocratique brésilien) lui succède. Il est visé par une partie des torts reprochés à Dilma Roussef, et est cité dans l’affaire de corruption Lava Jato (lavage express). Crédité de 3 % des intentions de vote dans les sondages, il est inconnu du grand public, mais maîtrise parfaitement les arcanes du Congrès.

Le gouvernement provisoire nommé par Michel Temer est uniquement composé d’hommes : quatorze.

60 % des sénateurs du Brésil qui ont voté la suspension de Dilma Rousseff sont cités dans des procédures judiciaires, qui portent notamment sur des détournements de fonds ou de la corruption.

Gagnant #3 : Les fabricants de gaz lacrymogène

Belle journée pour les fabricants de gaz lacrymogène. Une nouvelle manifestation contre la loi travail leur a assuré des ventes réussies. Des violences ont émaillé les différents cortèges. Les policiers n’ont pas hésité à utiliser du gaz (en spray et en grenade) pour disperser les casseurs et les manifestants.

Perdant #1 : La cérémonie d’ouverture du festival de Cannes

La polémique la plus vive concerne la « blague » de Laurent Lafitte. Les médias américains ont passé la nuit cannoise à relayer la saillie du maître de cérémonie de la cérémonie d’ouverture du 69e festival de Cannes envers Woody Allen : « Vous tournez beaucoup en Europe, ces dernières années. Alors que vous pouvez vous rendre aux Etats-Unis, où vous n’êtes pas accusé de viol ». La salle a eu une réaction mitigée. Le souci, ce n’est pas tant cette blague. Les médias américains soulignent à raison que Woody Allen est accusée de viol par sa fille adoptive Dylan Farrow. La blague de Laffite s’adresse aussi à Roman Polanski, poursuivi devant la justice américaine pour avoir eu une relation sexuelle avec une fille de 13 ans en 1977, et qui ne peut plus retourner aux Etats-Unis pour cette raison.

Lafitte a peut-être voulu mettre en lumière la difficulté pour les femmes victimes d’abus de les dénoncer. Fait particulièrement mis en lumière cette semaine par l’affaire Denis Baupin. Une enquête de Mediapart et France Inter révèle qu’il aurait abusé ou harcelé sexuellement plusieurs femmes, dont des élus écologistes.

Toute la cérémonie d’ouverture a manqué de finesse. Les blagues du monologue d’ouverture ont rarement fait rire. Seule la venue de Catherine Deneuve sur scène a réveillé un parterre de stars amorphe. Et la performance musicale de Matthieu Chedid, désireux de rendre hommage à Prince, a fini d’éteindre l’ambiance, tant la salle a été peu réceptive au chanteur français.

Perdant #2 : La démocratie brésilienne

Dilma Roussef (parti des travailleurs) est suspendue de ses fonctions de présidente de la République du Brésil pendant 180 jours. Elle va désormais être jugée, et le verdict du procès la forcera peut-être à la démission. Elle dénonce un coup d’Etat du Sénat, qui a pourtant suivi à la lettre les textes constitutionnels.

Michel Temer (parti du mouvement démocratique brésilien) lui succède. Il est visé par une partie des torts reprochés à Dilma Roussef, et est cité dans l’affaire de corruption Lava Jato (lavage express). Crédité de 3 % des intentions de vote dans les sondages, il est inconnu du grand public, mais maîtrise parfaitement les arcanes du Congrès.

Le gouvernement provisoire nommé par Michel Temer est uniquement composé d’hommes : quatorze.

60 % des sénateurs du Brésil qui ont voté la suspension de Dilma Rousseff sont cités dans des procédures judiciaires, qui portent notamment sur des détournements de fonds ou de la corruption.

Perdant #3 : La Ligue 1

Le championnat de France de football a encore perdu un grand talent ! Ousmane Dembélé quitte le Stade Rennais pour rejoindre le club allemand du Borussia Dortmund. A seulement 18 ans, Dembélé est la révélation de cette saison de Ligue 1. Il a été élu meilleur espoir lors des trophées UNFP. Un départ regrettable mais qui n’est que le début. Cet été, Steve Mandanda (Marseille), Michy Batshuayi (Marseille), Bernardo Silva (Monaco) ou encore Alexandre Lacazette (Lyon) pourraient quitter la France.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone