International, Syrie

Alep : les combats ont repris, l’évacuation des civils suspendue

Alors que la trêve avait été demandée mardi à Alep, les combats ont repris entre l’armée du régime et les rebelles. L’évacuation des civils a été suspendue.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

La trêve promise mardi aura été de courte durée. L’armée syrienne a repris mercredi les combats à Alep pour repousser des attaques des rebelles selon l’armée russe, principal soutien des troupes de Bachar al-Assad.

Suite à la réunion du conseil de sécurité de l’ONU mardi, un cessez-le feu avait été décidé, ainsi qu’un plan d’évacuation des civils. Mais d’après l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), les bombardements ont repris dans la nuit sur Alep :« Il y a eu ce matin au moins 14 obus tirés par les troupes du régime sur le carré tenu par les rebelles et ce, pour la première fois depuis mardi soir », a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH.

L’armée russe explique elle dans un communiqué que les « rebelles se sont regroupés à l’aube et ont essayé de franchir les positions des troupes syriennes dans le nord-ouest d’Alep » en profitant de la trêve.

Toujours pas d’évacuation des civils

Concernant l’évacuation des civils, la Turquie a accusé le régime syrien et les groupes armés qui lui sont affiliés d’empêcher la mise en oeuvre du cessez-le-feu. Pire, d’après la Commission d’enquête sur la Syrie de l’ONU, des groupes rebelles empêcheraient des civils de quitter les quartiers assiégés de Alep-est et s’en serviraient comme bouclier humain… Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé son homologue russe Vladimir Poutine pour tenter de sauver la trêve. Après ce coup de fil, les deux chefs d’Etat ont conclu que les violations du cessez-le-feu devaient cesser.

Dans un communiqué, François Hollande s’est prononcé en faveur d’une évacuation des populations « sous le contrôle d’observateurs internationaux et avec la présence des organisations humanitaires ».

Les rebelles tenaient la ville d’Alep depuis 2012. Dans la nuit du lundi 12 au mardi 13 décembre, des habitants ont dénoncé des massacres de civils à la suite de la reprise de la ville par le régime de Bachar al-Assad.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone