Economie, Europe

Grèce : la France ne veut pas suspendre l’allègement de la dette

Le ministre de l’Économie conteste la suspension des mesures d’allègement par l’Eurogroupe, qui désapprouve une mesure anti-austérité du gouvernement grec.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Michel Sapin, le ministre français de l’Économie et des Finances, a contesté jeudi la décision de la présidence de l’Eurogroupe de suspendre les mesures d’allègement de la dette grecque, affirmant que ces mesures avaient été adoptées « sans aucune condition ».

François Hollande a appuyé l’avis de son ministre. Il a demandé jeudi qu’Athènes soit « traitée dignement » par la zone euro. « Les expressions individuelles ne sont pas des expressions collectives de l’Eurogroupe », a ajouté Michel Sapin lors d’une conférence de presse. Cette allusion vise l’Allemagne, pays qui a demandé la suspension de ces mesures. « Il est impératif que les mesures ne soient pas décidées de façon unilatérale ou annulées sans préavis », avait affirmé mercredi Wolfgang Schäuble, le ministre des Finances allemand. Selon Jeroen Dijsselbloem, le président de l’Eurogroupe, les « institutions ont conclu que les actions du gouvernement grec semblaient ne pas être en ligne avec nos accords ». La suspension devrait durer jusqu’en janvier.

617 millions pour les retraités grecs

Le Parlement grec s’apprête à voter la mesure malgré les réticences de la zone euro. Alexis Tsipras a défendu son projet mercredi : « Nous avons le fardeau de la crise migratoire. Nous avons appliqué ces dernières années une politique extrêmement dure d’austérité. Tout ce que nous faisons est dans le cadre de l’accord conclu (avec les créanciers) et il faut que nos partenaires le respectent aussi. » Il a ajouté jeudi qu’il « croit à une avancée sans chantage ».

L’amendement, qui doit être soumis au vote en soirée, prévoit une aide financière forfaitaire en décembre pour les retraites inférieures à 850 euros, mesure qui doit bénéficier à environ 1,6 million de retraités et dont le coût est évalué à 617 millions d’euros, selon le gouvernement grec.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone