Cinéma

Césars, Oscars : Pas assez de diversité

Les cérémonies des Oscars et des Césars s’ouvriront à la fin du mois de février. Ces récompenses prestigieuses sont accusées de ne pas laisser assez de place à la diversité. Retour sur les palmarès des trente dernières années.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

La polémique avait éclaté lors de la 88e cérémonie des Oscars, en février 2016, car, pour la deuxième année consécutive, aucun Afro-américain ne figurait parmi les nominés en lice pour un Oscar. Cela avait créé un tollé sur le web – en témoigne le hashtag #OscarSoWhite sur Twitter, et plusieurs personnalités telles que Jada Pinkett Smith ou Spike Lee, avaient appelé au boycott, afin de protester contre le manque de diversité dans les nominations. Dans les faits, qu’en est-il vraiment de cette diversité, depuis 1986 ?

Les femmes mal représentées

En trente ans, seule une femme, Kathryn Bigelow, a remporté l’Oscar du meilleur réalisateur, pour son film Démineurs, en 2010. En France, même constat : Tonie Marshall est la seule femme à avoir reçu le César du meilleur réalisateur, en 2000, pour Vénus Beauté (Institut). Et elles sont quatre à avoir reçu le César du meilleur film depuis 1986 : Coline Serreau, Tonie Marshall, Agnès Jaoui et Pascale Ferran.

Ces inégalités entre hommes et femmes se retrouvent dans les écoles de cinéma françaises. Dans les trois plus grands établissements formant à la réalisation de films, il y a toujours moins d’étudiantes que d’étudiants, à l’heure actuelle.

Autre constat, de 1986 à 2016, parmi les longs-métrages choisis pour les Oscars et les Césars du meilleur film, peu mettent en scène une femme comme personnage principal : Quatre sur trente pour les Oscars, et huit sur trente pour les Césars.

Cette sous-représentation des femmes, à la fois derrière et devant la caméra, n’est pas anodine, car elle donne une représentation biaisée de la société à travers le cinéma.

Peu d’acteurs ou de réalisateurs non-blancs primés aux Oscars

La plupart des réalisateurs récompensés par l’Oscar du meilleur réalisateur ou l’Oscar du meilleur film sont des hommes blancs, depuis 1986. Seules exceptions à la règle, Ang Lee, d’origine taïwanaise, a remporté l’Oscar du meilleur réalisateur à deux reprises, en 2006 et 2013, et Steve McQueen , réalisateur afro-américain, a gagné l’Oscar du meilleur film pour Twelve years a slave en 2014.

Du côté des acteurs, très peu d’Afro-américains ont reçu la précieuse statuette en 30 ans : trois pour l’Oscar du meilleur acteur (Denzel Washington en 2002, Jamie Foxx en 2005 et Forest Whitaker en 2007), une seule pour l’Oscar de la meilleure actrice (Halle Berry en 2002).

D’où la polémique de 2016. Cette année-là, plusieurs acteurs ou réalisateurs Afro-Américains auraient pourtant pu être nommés aux Oscars : le réalisateur F. Gary Gray pour son film N.W.A Straight Outta Compton – véritable succès au box-office, diffusé sur les écrans pendant dix semaines consécutives, Samuel L. Jackson, pour son interprétation du marquis Warren dans Les Huit Salopards, de Quentin Tarantino, ou encore l’acteur Michael B. Jordan ou le réalisateur Ryan Coogler pour le film Creed : L’Héritage de Rocky Balboa.  Fait significatif, Sylvester Stallone, un acteur blanc, avait en revanche été nominé dans la catégorie du meilleur acteur dans un second rôle, pour sa prestation dans Creed.

Le manque de diversité au sein même de l’Académie des Oscars avait alors été pointé du doigt. En 2012, 77 % des jurés étaient des hommes, et 94 % étaient blancs. Suite à la polémique, l’Académie avait pris l’engagement de doubler le nombre de femmes et de représentants des minorités ethniques d’ici 2020.

Le palmarès des Golden Globe Awards, qui donne souvent un avant-goût des nominations pour les Oscars, laisse présager plus de diversité pour 2017. Le 8 janvier dernier, Moonlight, réalisé par l’Afro-américain Barry Jenkins, a été choisi comme meilleur drame, tandis que Viola Davis a obtenu le Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone