Culture, Economie, France, Musique, Vie pratique

La France à la mode vinyle

En 2016, 1,7 millions de vinyles neufs ont été vendus en France, dix fois plus qu’en 2010. Une hausse qui s’inscrit dans une tendance mondiale, ultra-dominée par les Etats-Unis.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

L’histoire du vinyle est celle d’une renaissance. Support de référence pour écouter de la musique jusqu’à la fin des années 1980, il a bien failli disparaître, malmené par l’apparition du CD puis du MP3. Aujourd’hui, les micro-sillons retrouvent peu à peu une place sur les platines. Pour l’expliquer, les néo-détenteurs de vinyles invoquent une bien meilleure qualité sonore, un désir de re-matérialiser la musique, ou tout simplement une certaine nostalgie.

Mais le retour du vinyle est avant tout un phénomène international. Depuis 2010, les ventes croissent sans discontinuer dans tous les pays occidentaux. En 2014, la France était en 6ème position sur le marché mondial du vinyle, largement dominé par les Etats-Unis.

En France, le vinyle tourne bien

L’économie du vinyle en France est difficile à quantifier. Le SNEP (Syndicat national de l’édition phonographique), qui étudie chaque année l’évolution du marché de la musique, ne prend en compte que les ventes de vinyles neufs. Or, dans le monde de la galette noire, les offres sont le plus souvent d’occasion. De plus, le SNEP ne répertorie pas les ventes des disquaires indépendants. Si toutes les statistiques officielles sous-estiment donc la tendance, une certitude demeure : le marché du vinyle est en (très) forte hausse.

Une tendance globale

En 2014, la France était le sixième pays où les vinyles neufs se vendaient le plus. Sur le podium, les Etats-Unis sont en tête de loin, suivis par l’Allemagne (2ème), et par la patrie du rock, la Grande-Bretagne (3ème).

En terme de ventes de disques, l’hexagone semble encore bien loin des autres nations du vinyle. Toutefois, la part du vinyle dans l’ensemble des ventes de disques physiques (vinyles + CD) est conséquente en France, en comparaison avec d’autres pays qui ont vendu plus.

Une poids économique encore faible

Les ventes de vinyles augmentent, en France comme aux Etats-Unis. Cependant, elles ne représentent pas la même part dans le marché de la musique: les galettes rapportent bien plus outre-Atlantique que chez nous.

Aux Etats-Unis, leader mondial, les revenus générés par les ventes de vinyles ont même dépassé en 2015 ceux générés par le streaming musical supporté par la publicité (sans abonnement).

Le disquaire day

Voyant le retour en force du vinyle chez les voisins anglo-saxons et les américains, les disquaires français ont décidé de s’inspirer de leurs lointains confrères.

Créé aux Etats-Unis en 2007 sous le nom de « record store day », le concept du « disquaire day » veut promouvoir le vinyle au delà des clients habituels. Ainsi, chaque année, le troisième week-end d’avril, les magasins de disques indépendants ouvrent grand leurs portes pour faire découvrir leurs collections.

À vos platines ! Cette année, le rendez-vous est donné, partout en France, pour le 22 avril.

 

Adrien Beria

 

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone