Energie, Environnement, France, Présidentielle 2017

VIDÉO. L’écologie, grand écart entre les deux candidats

L’écologie a été portée disparue durant tout le débat du 3 mai 2017. Etait-elle partie faire un tour en compagnie des présentateurs, en retrait malgré la violence du duel ? Le CFJ compare en vidéo les programmes des deux candidats sur les OGM, le nucléaire et le bien-être animal.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Lors du débat du 3 mai 2017, sur TF1 et France 2, Marine Le Pen et Emmanuel Macron ont peu débattu sur le fond. Devant 16,5 millions de téléspectateurs, la candidate FN a gaspillé son temps de parole en rires ironiques et attaques personnelles envers « l’ex-banquier ». Elle a asséné au moins 19 contre-vérités, contre au moins deux pour Emmanuel Macron. Ce duel d’entre-deux tours – le moins regardé et le plus tendu de l’histoire – a consacré de longues minutes à l’euro. Mais pas un mot sur l’écologie, domaine qui divise pourtant les finalistes pour l’Elysée. Choqué et déçu, le CFJ compare les programmes des deux adversaires sur les OGM, le nucléaire et la protection animale.

Voir aussi : « Avant le débat Macron – Le Pen, leurs représentants jeunes étaient au CFJ »

  • OGM

Marine Le Pen souhaite interdire les organismes génétiquement modifiés (OGM), au nom du principe de précaution.

Emmanuel Macron est plus nuancé. Il ne compte pas les autoriser sous son quinquennat mais veut relancer la recherche publique. Son argument : éviter que les chercheurs rémunérés par des multinationales telles que Monsanto ou Bayer ne soient les seuls à se pencher sur la question.

  • Le nucléaire

Marine Le Pen veut maintenir et moderniser le parc nucléaire. Elle refuse de fermer Fessenheim (Haut-Rhin), la plus ancienne des centrales françaises.

Le fondateur d’En Marche ! est lui aussi contre la sortie du nucléaire. Mais il veut réduire d’ici 2025 la part de l’atome de 75 à 50% de la production électrique française. Mercredi 3 mai, une source proche d’Emmanuel Macron a cependant confié à l’agence Reuters que cette date pourrait être repoussée.

  • Le bien-être animal

L’ancien ministre de l’Economie promet d’interdire d’ici 2022 la vente d’œufs de poules élevées en batterie. Le bien-être animal fait partie de son plan de 5 milliards d’euros pour la transition agricole.

De son côté, l’ex-patronne du FN veut interdire la mise à mort des bêtes sans étourdissement préalable. Cette mesure rendrait illégaux les abattages rituels, pratiqués dans les cultes musulman et juif.

Si Marine Le Pen fait de la protection animale une « priorité nationale », Emmanuel Macron est plus discret. L’actrice Brigitte Bardot, très engagée sur le sujet, a réitéré son soutien au FN pour cette raison.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone