Femmes, France, Politique

Brigitte Macron, une première dame en première ligne

Emmanuel Macron, président élu, n’arrive pas seul au palais de l’Elysée. Brigitte Macron, sa femme, n’aura pas de rôle politique officiel mais devra trouver sa place, comme elle l’a fait durant la campagne.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Brigitte Macron est la première à rejoindre Emmanuel Macron sur scène après son discours de victoire, au soir du second tour de l’élection présidentielle. Main dans la main, ils saluent les 40 000 personnes amassées face à la scène devant la pyramide du Louvre. Le candidat l’a montré, la frontière entre vie publique et vie privée est mince. Brigitte Macron a joué le soutien moral pour son mari mais aussi sa conseillère spéciale.

Les conjoints oubliés de la présidence

Par tradition, les femmes des présidents de la Ve République se sont investies dans des causes humanitaires. Bernadette Chirac est indissociable de l’opération Pièces jaunes destinée à aider les enfants malades. Cécilia Sarkozy a contribué à la libération des infirmières bulgares. Valérie Trierweiler, quant à elle, s’est engagée auprès de la Fondation Danielle Mitterrand défendant l’accès à l’eau pour tous. Pourtant, la constitution française ne prévoit pas de statut juridique pour les conjoint(e)s des chefs d’État. Emmanuel Macron entend bien dissiper ce flou. Lors de l’émission Elysée 2017 sur TF1, le 27 avril dernier, il a déclaré:

« Il faut que la personne qui vit avec vous, elle puisse avoir un rôle, qu’elle soit reconnue dans ce rôle. »

Le statut de la première dame a été remis en question lorsque François Hollande s’est séparé de Valérie Trierweiler au cours de son mandat. Les frais liés à la sécurité et à la gestion du cabinet de l’ex-Première dame prêtent également à discussion. Pour l’année 2013, ils représentaient près de 483 000 euros, d’après le rapport de la Cour des Comptes.

La campagne a été marquée par les affaires de rémunération de proches de François Fillon sur les deniers de l’Etat. Pour se prémunir de toute situation de conflit d’intérêt, Emmanuel Macron a précisé au micro de RTL au mois de mars qu’en cas d’élection, sa femme ne serait « pas rémunérée par la République. »

La conseillère de l’ombre

Durant toute la campagne, Brigitte Macron s’est faite remarquer par sa présence auprès du candidat, mais surtout par sa discrétion auprès des médias. Celle qui a été autrefois son professeur de théâtre relit ses discours et donne son avis sur ses prestations à la sortie de chaque réunion publique. Dans un discours à l’occasion de la journée de la femme, Emmanuel Macron encense sa bienveillance. Il n’envisage pas cinq ans à la présidence sans « qu’elle continue à être là, à porter son regard, qui est différent du [s]ien, ses valeurs, sa volonté, son exigence. »

Entre épouse et conseillère spéciale, l’ambiguïté du statut de Brigitte Macron a agacé les équipes de communication lors du premier débat à onze. En effet, elle seule a pu aller donner ses conseils à son mari pendant la coupure publicitaire alors que les membres des équipes étaient confinés en coulisses.

Une idée de son champ d’action à l’Elysée

Des proches de Brigitte Macron confient son envie de s’investir dans l’univers du social, du handicap et de l’éducation. Professeure de littérature, elle s’est mise en disponibilité de l’Education Nationale depuis 2015 pour soutenir les ambitions politiques de son mari. Sur le site internet d’En Marche !, un de ses seuls déplacements mis en avant s’est déroulé dans un établissement scolaire parisien adapté aux élèves en situation de handicap. Elle était accompagnée de Catherine Laborde, ralliée à Emmanuelle Macron pour mettre en avant la question du handicap. Autre indice qui confirmerait son engagement pour des thématiques sociétales, la future première dame de France a personnellement reçu les doléances des Mamans en marche pendant la campagne.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone