Factcheck, Politique, Présidentielle 2017

FACT-CHECK. 500 000 personnes ont-elles pu voter deux fois à l’élection présidentielle ?

Jean-Luc Mélenchon évoque la possibilité pour 500 000 personnes d’avoir voté deux fois à l’élection présidentielle.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Il n’a jamais été dans mon intention de remettre en cause un scrutin dans mon pays. Alors c’est vrai que celui-là était spécial: des milliers de gens radiés, 500 000 personnes qui avaient une double carte… bon, tout ça commence à sentir la République bananière (…) Ecoutez, 500 000 personnes qui ont deux cartes électorales, ça vous paraît une situation anodine?

Jean-Luc Mélenchon au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV-RMC, le 10 mai.

Jean-Luc Mélenchon évoque un dysfonctionnement dans les fichiers électoraux. Une information repérée par les journaux Le Monde et Le Parisien avant le premier tour de l’élection présidentielle.

Pour connaître le nombre d’inscrits sur les listes électorales, on peut se référer au fichier de l’INSEE ou aux fichiers gérés par les communes. En 2014, l’Inspection générale de l’administration (IGA) publie un rapport qui relève une différence de 500 000 personnes entre le fichier des électeurs tenus par l’INSEE et ceux tenus par les communes.

Par exemple, en cas d’un déménagement, les anciennes communes de résidence ne transmettent pas directement la nouvelle adresse des électeurs aux nouvelles communes mais à l’INSEE qui sert de relais. La différence peut s’expliquer par une mauvaise communication entre les institutions.

 

Un utilisateur de twitter a posté la photo des deux cartes électorales qu’il a reçues.

Cela ne signifie pas que 500 000 personnes se sont effectivement rendues aux urnes, malgré la possibilité de le faire. Voter deux fois est puni par la loi qui prévoit une peine de six mois à deux ans d’emprisonnement ainsi qu’une amende de 15 000 euros. Pour éviter que de telles situations se reproduisent, la loi Pochon votée en août 2016 mettra en place une gestion centralisée des listes électorales, effective d’ici décembre 2019.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone