France, Politique

Gouvernement : Nicolas Hulot très isolé sur le dossier Notre-Dame-des-Landes

Nicolas Hulot est l’un des seuls ministres opposés à Notre-Dame-des-Landes. Plusieurs membres du gouvernement ont déjà pris des positions divergentes.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Notre-Dame-des-Landes est un sujet épineux. Alors qu’il posait déjà problème dans le gouvernement de Manuel Valls, il semble que ce dossier ne sera pas simple à régler dans celui d’Edouard Philippe.

Un président favorable

Durant sa campagne, Emmanuel Macron a affirmé être favorable à ce projet d’aéroport. Le président de la République avait déclaré vouloir faire respecter le référendum de juin 2016, où le « oui » l’avait emporté à 55,17%.

Pour l’instant, il respecte sa première prise de position. Lors de L’Emission politique d’avril dernier, il disait ne pas vouloir « arriver et envoyer les militaires à Notre-Dame-des-Landes » mais plutôt « nominer un médiateur qui calmera les choses pendant six mois. »

Une nomination annoncée par Edouard Philippe ce jeudi matin. Le Premier ministre a assuré que ce médiateur doit « permettre de mettre l’ensemble des choses sur la table, d’étudier l’ensemble des options ».

Nicolas Hulot fermement opposé

Le désormais ministre de la Transition écologique et solidaire a toujours été opposé à ce projet d’aéroport. Nicolas Hulot a eu des propos très fermes sur le sujet dans une tribune à Mediapart. « Ce projet de nouvel aéroport est vicié, gangrené. Il porte en lui les racines de la discorde. Jamais il ne se fera dans les conditions actuelles. »

En 2012, il appelait cependant à la nomination d’un « médiateur qui soit une autorité incontestable ». Une décision qui vient d’être prise par le gouvernement ce lundi. Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, a assuré que l’ex-animateur de TF1 n’avait posé aucune condition à son entrée au gouvernement.

Et les autres ministres largement pour

Jean-Yves Le Drian, par ailleurs président de la région Bretagne, et donc directement concerné par ce projet, s’est assez peu exprimé sur le sujet. Quand la question lui a été posée, il a affirmé son accord avec cette mesure, jugeant que l’aéroport était une « nécessité ».

Jacques Mézard, ministre de l’Agriculture et de l’alimentation, a quant à lui réaffirmé ce jeudi matin sa position sur le sujet. Il était pour cet aéroport et n’a changé sa position.

Bruno Le Maire, devenu ministre de l’Economie, était lui aussi favorable à Notre-Dame-des-Landes, et au respect du référendum, jugeant que « c’est notre démocratie qui est en jeu ».

Enfin Richard Ferrand, alors conseiller régional de Bretagne et aujourd’hui ministre de la Cohésion des territoires, s’est également prononcé en faveur de l’aéroport, qualifiant les zadistes de « minorité de contestataire ».

Elisabeth Borne, nouvelle ministre desTransports auprès de Nicolas Hulot, n’a quant à elle pas pris position pour le moment. C’est elle qui sera en charge du dossier, auprès d’un ministre pour l’instant plutôt isolé sur la question.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone