Gouvernement, Politique

Pourquoi les ministres battus aux législatives devront démissionner

Ce jeudi matin, le Premier ministre a réaffirmé que les membres du gouvernement candidats ne remportant pas leurs circonscriptions devront aussi démissionner du gouvernement.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

 « C’est la tradition républicaine: un ministre qui est candidat aux élections législatives et qui ne l’emporte pas présente sa démission au Premier ministre. Je crois que ça a toujours été comme ça, et c’est assez sain. »

Édouard Philippe, Premier ministre sur France Inter

Six ministres sont concernés par cette éventualité dans le gouvernement d’Édouard Philippe:

  • Marielle de Sarnez, ministre des Affaires européennes est candidate dans la 11e circonscription de Paris
  • Bruno Le Maire le ministre de l’Economie est candidat à sa succession dans la première circonscription de l’Eure
  • Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires se présente dans la sixième circonscription du Finistère
  • Christophe Castaner porte-parole et ministre des Relations avec le Parlement brigue la deuxième circonscription des Alpes-de-Haute-Provence
  • Le secrétaire d’Etat chargé du Numérique se présente dans la 16ème circonscription de Paris.
  • Annick Girardin, ministre des Outre-Mer se porte candidate dans l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon

Si le Premier ministre parle de « tradition républicaine » c’est qu’il existe des cas similaires dans les gouvernements précédents. Pourtant, aucune législation ne l’indique. Alain Juppé avait présenté sa démission du gouvernement de François Fillon après avoir été battu aux élections législatives de 2007.

Il avait alors suivi la règle édictée par François Fillon selon laquelle « la logique, c’est que quand on est battu, ça veut dire qu’on n’a pas le soutien du peuple et qu’on ne peut pas rester au gouvernement. »

 

En cas de victoire, les ministres ne cumuleraient pas pour autant leur mandat de député et leur fonction de ministre. Cécile Duflot, élue députée en 2012 dans la sixième circonscription de Paris, avait cédé sa place à sa suppléante après avoir été nommée ministre du Logement durant le quinquennat de François Hollande.

Emmanuel Macron a fait de la moralisation de la vie politique son cheval de bataille. Contrairement à son prédécesseur, il entend mettre strictement fin au cumul des mandats. Trois membres du gouvernement devront ainsi abandonner leurs fonctions électives locales. Jean-Yves Le Drian ne sera plus président de la région Bretagne. Edouard Philippe et François Bayrou renonceront eux aux municipalités du Havre et de Pau. Gérald Darmanin quittera la mairie de Tourcoing pour se consacrer uniquement au ministère de l’Action et des Comptes publics.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone