Actualités, France, Législatives 2017, Politique, Présidentielle 2017

Au Front national, une identité en question

Quel sera le nouveau nom du Front national, en plein changement suite à la défaite au second tour de la présidentielle? Certainement pas « Les Patriotes » a assuré Marine Le Pen, le nom étant retenu par Florian Philippot pour son association au sein du parti.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Marine Le Pen l’a affirmé ce lundi sur RTL: le Front national, s’il devait changer de nom, ne deviendra pas « Les Patriotes ». « Si les adhérents du Front national décident de changer de nom, ce ne sera pas celui-là », a déclaré la présidente du parti (à partir de 12min50 dans la vidéo ci-dessous).

L’idée d’un changement de nom au FN n’est pas nouvelle. En 2014, France Info s’était même amusée à créer un générateur de nom pour le parti frontiste. L’idée est revenue en force au soir de la défaite au deuxième tour de l’élection présidentielle le 8 mai dernier. Marine Le Pen, dans son discours de défaite, appelle à la « constitution d’une nouvelle force politique ». Florian Philippot, vice-président du parti, était allé plus loin, en évoquant clairement un changement d’appellation.

On le voit, la question n’est pas claire au sein du parti et semble loin d’être réglée. La preuve en est avec cette déclaration de Wallerand de Saint-Just, conseiller régional d’Île-de-France sous l’étiquette FN, et retweetée par le compte officiel du Front national ce lundi.

Pourquoi pas les patriotes?

Le terme « patriotes » a été très utilisé par le FN pendant l’élection présidentielle. D’autant plus durant l’entre-deux tours, où Marine Le Pen opposait les « mondialistes » – supporters d’Emmanuel Macron – et les « patriotes » de son propre camp.

Le nom « Les Patriotes » apparaissait donc comme favori pour remplacer le désuet « Front national ». Mais c’était sans compter sur Florian Philippot. Le 15 mai, le numéro 2 frontiste crée la surprise et annonce la naissance d’une association baptisée « Les Patriotes », dans un but de refonte et de modernisation du parti. Un choix qui s’inscrit selon lui dans la lignée des changements souhaités par Marine Le Pen au soir du second tour de la présidentielle.

Ce lundi, Marine Le Pen a qualifié sur RTL cette association de « think tank », un groupe de réflexion au sein même du FN, qui vise à « réfléchir au chantier » qui sera ouvert après les législatives.

Quel est le problème avec le nom « Front national »?

Un changement de nom au FN constituerait une rupture historique dans l’histoire des partis politiques français, puisque l’appellation existe depuis 1972.

Créé sous l’égide du groupe d’extrême droite Ordre nouveau dans l’optique des élections législatives de 1973, le Front national avait été immédiatement dirigé par Jean-Marie Le Pen.

Un passé proche des idées extrêmes qui fait tâche aujourd’hui. Depuis son arrivée à la tête du parti en 2011, Marine Le Pen avait entrepris de « dédiaboliser » le FN. Pendant la campagne présidentielle, la candidate frontiste a continué à lisser son image. Son affiche du deuxième tour en est la preuve: ni la mention Front national, ni le nom Le Pen n’apparaissent.

Le logo du Front national n’y figure pas non plus, et ce n’est pas anodin. La flamme frontiste, également créée en 1972 sur le modèle du logo du parti d’extrême-droite italien MSI (Mouvement Social Italien – Movimento Sociale Italiano) est trop connotée pour le rassemblement plus large, c’est-à-dire en dehors de l’électorat historique du FN, que vise Marine Le Pen. Selon les historiennes Valérie Igounet et Pauline Picco, MSI peut également vouloir dire « Mussolini Sempre immortale » (« Mussolini toujours immortel »). Le socle de la flamme peut aussi représenter la tombe de Mussolini à Predappio. Autant de symboles avec lesquels le FN, dans sa « normalisation », souhaite s’éloigner.

Les Patriotes n’aurait de toute manière pas été un bon choix pour le parti, car le nom est déjà pris … par un club de baseball. Les « Patriots » de Paris, qui ont d’ailleurs porté plainte contre le FN après la création de l’association de Florian Philippot.

 

 

 

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone