Actualités, Economie, France, Newsroom Live, Politique, Société

Hausse de la CSG : les retraités dans la rue

A l’appel de neuf organisations syndicales et associations de retraités dont la CGT, UCR-FO et la CFTC, les retraités sont appelés à manifester partout en France. Dans leur viseur : la hausse décriée de la CSG (contribution sociale généralisée).
Huit millions de retraités sont concernés par cette baisse des pensions.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

A Paris, Lille, Bordeaux, mais aussi à Strasbourg, les retraités descendront dans la rue pour diront non à la précarisation. Le point de rendez-vous du rassemblement parisien est prévu à 14H30 à l’Opéra Garnier (9ème arrondissement) et le cortège prendra la direction de la rue de Miromesnil.

Mesure fiscale phare du gouvernement d’Edouard Philippe, la hausse la CSG touchera les retraités qui perçoivent des pensions de plus de 1200 euros euros net par mois. L’exécutif compte augmenter de 1,7 points le taux normal de la CSG, utilisée pour financer la protection sociale (sécurité sociale, prestations familiales).

Un projet qui a provoqué l’ire des retraités concernés mais aussi des organisations syndicales qui ont décidé de dénoncer une dégradation importante de leur pouvoir d’achat. Cette journée nationale d’action et de mobilisation remet une nouvelle fois en cause un projet conséquent du gouvernement.

Les enjeux pour le gouvernement 

Les ministres des Comptes publics Gérald Darmanin et de la Santé Agnès Buzyn ont dévoilé ce jeudi matin les mesures de financement de la sécurité sociale pour 2018. Les enjeux sont donc importants pour l’exécutif, qui a prévu de reporter à janvier 2019 la revalorisation des pensions retraite prévue prévue initialement pour octobre 2018.

En 2017, le déficit cumulé du régime général et du Fonds de solidarité vieillesse (FSV) devrait atteindre 4,4 milliards d’euros. Le FSV concentre à lui seul la quasi totalité du déficit (3,6 milliards d’euros). L’objectif de ce projet de loi de financement de la sécurité sociale est avant tout de compenser la suppression des cotisations chômage et maladie pour les salariés du secteur privé. Contrairement aux actifs, les retraités concernés par la hausse de la CSG ne bénéficieront pas de la baisse des cotisations. Ceux qui touchent une pension brute de 1 800 euros par mois verront leur retraite baisser de 30 euros.

Mesures en série pour les retraités 

Cette hausse de la CSG ne concerne qu’un retraité sur deux et ne vise pas les plus pauvres. Le gouvernement a fait valoir que seulement une seule partie des retraités serait concernée : les 60% les plus aisés et soumis au taux plein de CSG (6.6%).

Ce projet s’ajoute à une liste de mesures déjà longue concernant les retraités. En 2013, instituée par la loi de financement de la sécurité sociale, la contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (CASA) taxait de 0,3% tous les régimes de retraite, du privé comme du public. Au blocage des pensions depuis plus de 4 ans s’est ajoutée la récente annonce de la réduction de 5 euros par mois de l’aide personnalisée au logement (APL), qui menace directement les retraités locataires.

Selon Les Echos, la date de revalorisation annuelle des pensions risque d’être à nouveau décalée de 3 mois, d’octobre 2018 à janvier 2019. Ce délais permet à l’Etat de réaliser une économie de 380 millions d’euros pour les trois mois de décalage.
C’est en 2009, sous la présidence de Nicolas Sarkozy que le pouvoir exécutif avait décidé de décaler la date annuelle de revalorisation au 1er avril.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone