Harcèlement, Violences sexuelles

Dix articles à lire sur le harcèlement sexuel

Depuis que des femmes ont pris la parole pour révéler l’affaire Weinstein, le harcèlement est devenu le sujet de la semaine sur Internet. Petit point sur la notion à travers 10 articles.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

A l’origine de l’affaire Harvey Weinstein

La journaliste américaine Jodi Kantor, à l’origine des révélations sur Harry Weinstein publiées dans le New York Times, revient sur son enquête pour Slate. Elle raconte comment elle a récolté et agrégé les témoignages de plusieurs femmes pendant plus de 4 mois. Elle évoque les difficultés propres aux affaires de harcèlement, comme la difficulté d’encourager des victimes à témoigner, et la quête de traces écrites.

Et les femmes se mirent à parler sur Twitter

Libération revient sur l’émergence fulgurante des débats sur le harcèlement sexuel, en réponse à l’affaire Weinstein. Les hashtags #balancetonporc ou #MeToo ont pullulé sur Twitter depuis plusieurs jours. Ils révèlent une forme de « lien social » en ligne, par lequel les femmes sont encouragées à agir, relate l’article.

Quel comportement adopter en cas de harcèlement ?

La fondatrice de la Fondation des Femmes, Anne-Cécile Mailfert, liste sur Europe 1 les suites que les victimes de harcèlement peuvent donner en cas d’agression, pour que la lutte ne s’arrête pas à la dénonciation sur Internet.

La pénalisation du harcèlement de rue en débat

L’une des mesures évoquées pour lutter contre le harcèlement de rue consisterait à créer des amendes. Certaines féministes voient dans cette perspective une avancée pour les droits des femmes. Mais d’autres redoutent qu’elle ne stigmatise une part de la population ou qu’elle n’abaisse le niveau des peines qui relèvent parfois de l’agression sexuelle. Les Inrocks confrontent leurs arguments, en évaluant les bienfaits de la législation belge.

De quel arsenal législatif bénéficient les victimes en France ?

La secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, précise les mesures envisagées par le gouvernement pour lutter contre le harcèlement et les violences sexuelles pour Le Parisien. Un tableau récapitulatif des peines déjà existantes permet de visualiser les droits des victimes.

Que faire en cas d’agression ?

Si le hashtag #balancetonporc incite les femmes à s’exprimer et révéler les agressions dont elles ont été victimes, il peut les exposer à un risque de délation si elles mentionnent le nom de leur agresseur. Slate met les internautes en garde contre cette pratique, en évoquant les arguments éthiques et juridiques qui protègent le témoignage des victimes.

Clarifier la notion d’harcèlement

Les Décodeurs du journal Le Monde ont mis au point un petit quizz en ligne permettant de tester vos connaissances en matière de harcèlement. Grâce à des questions portant sur des situations simples (comme les propositions d’un collègue ou l’affichage de photos de femmes nues), il permet de comprendre la nature de chaque agression, en évoquant les peines encourues dans chaque cas.

Les associations prennent le relais pour soutenir les victimes

La libération de la parole des victimes de harcèlement ne s’observe pas que sur Internet. Dans La Parisienne, les femmes réagissent aussi en appelant massivement le standard de l’association Viol Femmes Info. Ce collectif constate une recrudescence des témoignages à chaque affaire portée dans le débat public.

Sans consentement, toute relation est une agression

De nombreuses femmes connaissent des situations de « zone grise », lorsqu’elles n’ont pas clairement souhaité partager un moment d’intimité sexuelle avec leur partenaire. Ces situations posent la question du consentement, sans lequel toute relation sexuelle relève de l’agression. Le site féministe Cheek a repris une longue enquête de France Culture sondant cette notion, à travers des témoignages poignants.

Qui sont les harceleurs ?

À partir de travaux de psychologues, 20 minutes explicite le mode opératoire des harceleurs. Au cœur de ces comportements : le sentiment masculin d’être « autorisé » à objectiver les femmes, développé lorsqu’ils sont en groupe. Sans dresser de profil-type, l’article pointe néanmoins les environnements à risque, avec en première place, le lieu de travail.

Illustration : AFP SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

 

À lire aussi sur Les ateliers du CFJ :

Violences sexuelles : de quoi parle-t-on ?

Harcèlement de rue : « Les harceleurs pourraient déjà être poursuivis »

Harcèlement au travail : combien de femmes réellement licenciées pour avoir parlé ?

ÉDITO – Non Messieurs, vous n’avez pas la parole

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone