Agriculture, Société

Beurre : les supermarchés à court de plaquettes

Faut-il faire des provisions de beurre ? La baisse de la production et l’augmentation de la demande mondiale de la matière grasse provoquent un début de pénurie en France.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Les professionnels de la filière laitière la redoutaient, la pénurie de beurre est arrivée. Elle commence à se faire sentir dans les supermarchés. Visités par l’AFP, les rayons de l’Intermarché de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) ne présentent plus aucune marque distributeur. Les clients doivent désormais se rabattre sur les produits les plus chers. « Il y a une pénurie depuis un bon mois », explique la responsable de caisse du supermarché normand.

La demande de beurre a fortement augmenté dans les pays développés comme dans les pays en développement. Entre 2012 et 2016, la consommation mondiale a grimpé de 7 %, selon le Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (CNIEL). Les recherches scientifiques ont réhabilité les bienfaits de la matière grasse naturelle et permis de redorer son image. De plus, la Chine s’est découverte un appétit prononcé pour les viennoiseries françaises au beurre.

Autre facteur à prendre en compte : la production laitière est en forte baisse, notamment en Nouvelle-Zélande, premier producteur mondial. Même situation en Europe : la fin des quotas laitiers il y a deux ans a occasionné une surproduction. Résultat, la chute des cours a poussé les éleveurs à réduire leurs tonnages.

Moins de production, plus de demande : le prix du beurre payé 2 500 € la tonne en avril 2016 a atteint 7 000 € la tonne l’été dernier.

Premiers consommateurs de beurre dans le monde, les Français achètent en moyenne  3,1 kg de beurre par an.  Les produits laitiers représentent 14 % des dépenses alimentaires en France.

Illustration : ©Pixnio

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone