Corée du Nord, Corée du Sud, Donald Trump, Etats-Unis

Donald Trump ne se rendra pas dans la zone démilitarisée entre les deux Corée

Le président américain ne se rendra pas dans la zone démilitarisée entre les deux Corée pendant sa tournée asiatique. En cause : un emploi du temps très serré.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

La Maison Blanche a annoncé ce mardi que Donald Trump ne se rendrait pas dans la zone démilitarisée (DMZ) entre les deux Corée, pendant sa tournée en Asie début novembre. Une décision justifiée par un emploi du temps trop chargé.

Trump déroge à la tradition

Cette zone de 4 km de large et 248 km de long est située au nord de la capitale sud-coréenne. Contrairement à ce que son nom laisse penser, il s’agirait d’un des lieux les plus militarisés au monde : barrières électrifiées, champs de mines et murs antichars sont de mise. L’ancien président Bill Clinton avait qualifié l’endroit comme étant l’un des « plus effrayants » au monde.

Donald Trump dérogera donc à la traditionnelle visite des présidents américains dans cette zone démilitarisée, symbole de la forte relation entre Washington et Séoul face à la menace nord-coréenne.

Cette menace s’est fait plus pressante ces derniers mois, au cours desquels Pyongyang a multiplié les provocations en tirant plusieurs missiles et en conduisant des tests nucléaires. La tension avait atteint son paroxysme en septembre, quand Donald Trump avait annoncé devant les Nations unies envisager de « détruire complètement » la Corée du Nord en cas de poursuite des essais nucléaires. Etant donné l’escalade des tensions entre les deux pays, la communauté internationale craignait que la situation ne dégénère.

Le chef de l’Etat restera deux jours en Corée du Sud. Sa visite du camp militaire américain d’Humphreys, situé à 90 km au sud de Séoul, a été confirmée par la Maison Blanche.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone