Manifestation

Halloween : des salariés mécontents défilent déguisés à Clichy

Déguisé pour Halloween, le personnel d’entretien de l’hôtel Holiday Inn de Clichy, en grève depuis deux semaines, a défilé ce mardi pour protester la dégradation de leurs  conditions de travail.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Une jupe noire plastifiée à dentelle rose fuchsia. Un T-shirt à l’imprimé squelette. Du sang autour des lèvres. Le visage blanchi, un voile de marié noir sur ses cheveux de même couleur, Kandi Tirizi est prête pour Halloween… et pour manifester. Avec 40 autres personnes, cette animatrice à la CGT-Hôtellerie de Prestige et Economique (HPE) protestait ce matin devant l’hôtel Holiday Inn Porte de Clichy.

Kandi Tiziri tractant devant le cortège dans les rues de Clichy/ Crédits: Kenan Augeard

« Tout a commencé avec la mutation de deux salariés. » Depuis le 18 octobre, les femmes de chambre de l’hôtel sont en grève. « On vit très mal la sous-traitance », explique Mirabelle, représentante de la CNT au sein d’Héméra et gouvernante dans l’hôtel. Héméra c’est la société à laquelle Holiday Inn sous-traite les tâches de nettoyage. « Au quotidien, la sous-traitance, c’est de la pression, des exigences trop fortes », témoigne Ignace, salarié d’Héméra depuis mars. « Les femmes de chambre sont traitées comme des esclaves », renchérit Fatima, également employée d’une entreprise de sous-traitance pour l’hôtel Hyatt Paris Madeleine.

« Une surexploitation scandaleuse »

Les grévistes réclament un alignement de leurs conditions de travail sur celles des salariés de l’hôtel : 13e mois, carte orange, panier-repas et accès à la cantine. Ils demandent aussi à ce que

Danielle Simonnet, conseillère FI de Paris/ Crédits: Arthur Eryeh-Fort

le code du travail soit respecté et que le paiement à l’heure se substitue au paiement à la tâche, illégal. « On nous donne un certain nombre de chambres à faire en quatre heures. Si on ne les a pas finies dans ce timing-là, on doit les finir. Quel que soit le temps que ça nous prend, on est payé quatre heures » décrit Ignace qui, lui, n’est pas venu déguisé. « C’est une surexploitation scandaleuse digne du Moyen-Age », s’indigne Danielle Simonnet, conseillère de Paris et membre de la France Insoumise, venue soutenir les manifestants. « Je les défendrai jusqu’au bout, affirme Fatima, affublée d’une perruque et d’une robe noire. Dans notre hôtel, on a lutté un moment. Maintenant on a les mêmes droits que les autres. »

Pour la plupart des manifestants, se déguiser aujourd’hui est un moyen de s’amuser entre collègues. Mais Fatima y voit quand même malicieusement une symbolique. « On montre à ce patron qui est méchant que nous aussi on peut-être méchant pour Halloween. » Le rassemblement devant l’hôtel s’est poursuivi par une marche jusqu’à la mairie de Clichy où une délégation de trois syndicalistes et deux grévistes a été reçu par le maire.

Claude Lévy, représentant CGT-HPE/ Crédits: Kenan Augeard

« C’est le premier magistrat de la ville, il faut qu’il y fasse respecter le code du travail », estime Claude Lévy, responsable CGT-HPE, le visage orné d’une masque de mort dorée. Les grévistes rencontreront également la députée LREM Céline Calvez vendredi.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone