Europe, Journalisme, Justice

Des médias s’expriment pour une enquête indépendante pour le meurtre d’une journaliste maltaise

A la suite de l’assassinat d’une journaliste-blogueuse maltaise, Daphne Caruana Galizia, victime de l’explosion de sa voiture le 16 octobre, huit médias demandent une enquête indépendante.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Le meurtre de la journaliste et blogueuse maltaise Daphne Caruana Galizia revient dans l’actualité. Ce jeudi, huit rédactions européennes et américaines ont demandé l’ouverture d’une enquête indépendante sur sa mort, survenue le 16 octobre dernier dans son village de Bidnija. A travers une lettre ouverte, les rédacteurs en chef de ces huit médias veulent sensibiliser à la situation délicate que connaissent les journalistes à Malte. Cette lettre a été adressée à Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission européenne, alors que ce 2 novembre est la « journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes ».

Comme le rappelle cette lettre ouverte, la Commission européenne estimait, en 2016, que Malte était « le seul Etat membre de l’Union présentant une telle emprise des partis politiques sur les médias ». Dans les jours qui avaient suivi la mort de Daphne Caruana Galizia, les médias européens avaient rappelé la mainmise de la mafia sur la société maltaise et les accusations de corruption qui touchent le gouvernement.

Elle avait poussé à des élections anticipées

Daphne Caruana Galizia était connue pour sa lutte contre cette situation, via son blog Running Commentary. Ses enquêtes, aux conclusions régulièrement encombrantes pour le gouvernement, étaient très suivies par ses compatriotes. Elle avait notamment dévoilé que Michelle Muscat, femme du Premier ministre, avait ouvert un compte au Panama pour y abriter, notamment, des pots-de-vin en provenance de l’Azebaïdjan en échange de l’autorisation pour une banque azérie de travailler à Malte. Les nombreux scandales touchant le gouvernement avaient obligé Joseph Muscat, le Premier ministre, à convoquer des élections anticipées début juin.

Après l’assassinat de Daphne Caruana Galizia, de nombreuses manifestations s’étaient tenues dans les différentes villes de l’île. Tout comme la lettre ouverte publiée ce jeudi par huit médias, les manifestants réclamaient une enquête indépendante. En réaction, le 26 octobre, Europol avait annoncé sa participation à l’enquête. L’agence européenne a délégué trois enquêteurs sur l’île de 430 000 habitants, afin d’aider la justice maltaise à trouver les coupables du meurtre de la journaliste. Antonio Tajani, le président du Parlement européen, avait quelques jours plus tôt demandé une « enquête internationale ». Le gouvernement a également annoncé une récompense d’un million d’euros pour toute information permettant de trouver les responsables de la mort de la journalistes. Une annonce sous pression : après son meurtre, les instances européennes avaient mis la pression sur Malte pour que justice soit faite.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone