Harcèlement, International, Non classé

Harcèlement sexuel : l’onde de choc mondiale

Depuis les révélations de l’affaire Weinstein au début du mois d’octobre, plus d’une trentaine de personnalités masculines ont fait l’objet de dénonciations de la part de femmes les accusant de harcèlement, d’agressions sexuelles ou encore de viol. Retour sur les personnes mises en causes. 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Certains ont reconnus les faits, certains les nient. Certains sont accusés de viol ou d’agression sexuelle, d’autres de harcèlement et de gestes déplacés. Leur point commun : ces hommes ont tous été mis en cause nommément par une ou plusieurs accusatrices depuis le début de l’affaire Weinstein, du nom du producteur hollywoodien par qui tout a commencé.

Rien qu’à lui, le producteur  tout-puissant a été accusé, depuis le début du mois d’octobre, de harcèlement et d’agressions sexuelles par plus de 70 femmes, dont de nombreuses actrices. Quatorze d’entre elles accusent l’accusent également de viol, dont l’actrice italienne Asia Argento et l’actrice américaine Rose McGowan, premières à dénoncer le comportement du producteur. Si Weinstein a présenté ses excuses pour certaines agressions, il refute toutes les accusations de relations sexuelles non consenties. Trois enquêtes ont été ouvertes à ce jour : deux aux États-Unis, et une au Royaume-Uni. Mais la liste des victimes n’en finit plus de s’allonger : l’actrice Paz de la Huerta, star de la série Broadwalk Empire, a annoncé ce vendredi matin avoir été violée deux fois par Weinstein.

 

A Hollywood, certaines étoiles palissent

 

Les agissements du producteur américain ont libéré la parole de dizaines de femmes suivies par des milliers d’autres sur les réseaux sociaux, et les têtes n’en finissent plus de tomber. Kevin Spacey, acteur adulé par les américains, a vu sa réputation s’effondrer après les révélations de l’acteur Anthony Rapp. Ce dernier a accusé Kevin Spacey, âgé de 26 ans à l’époque des faits, de lui avoir fait des avances sexuelles alors qu’il n’avait que 14 ans. Le réalisateur Tony Montana et le comédien Roberto Cazavos ont également témoigné sur les réseaux sociaux de comportements douteux de Spacey, à la limite de l’agression sexuelle. Suite à ces déclarations, la star de la série House of Cards a révélé son homosexualité et s’est excusée pour ses comportements.

Kévin Spacey-DR

La chaîne CNN a affirmé ce vendredi matin que huit employés actuels et passés de la série phare de Netflix « House of Cards », dont Spacey est la vedette, ont qualifié de « toxique » l’ambiance de travail sur les plateaux de la série en raison du comportement de « prédateur » de l’acteur de 58 ans. Un ancien employé de la série « House of Cards », a également déclaré à CNN, sous couvert d’anonymat, avoir été agressé sexuellement par Spacey lors d’une des premières saisons de la série qui a commencé à être diffusée en 2013. Mais ce n’est pas tout : un ancien employé du théâtre londonien Old Vic, dont l’acteur fut le directeur artistique de 2004 à 2015, a affirmé dans le quotidien The Guardian, sous couvert d’anonymat, l’avoir « vu tripoter des hommes à maintes reprises dans toutes sortes de situation différentes (…) dans son appartement de North Lambeth et même à l’Old Vic et dans son pub favori ».

Le réalisateur de Rush Hour, Brett Ratner est également accusé d’agressions et de viols, qu’il nie avoir commis. Tout comme son collègue James Toback, accusé de harcèlement sexuel par plus de 200 femmes, qui a annoncé « n’avoir aucun souvenir des ces faits » qui sont « biologiquement impossibles » selon ses dires.

Mais il n’y a pas qu’à Hollywood que le scandale fait rage. Gilbert Rozon, tout puissant producteur canadien et fondateur du renommé festival Juste Pour Rire, a été accusé par neuf femmes de harcèlement et d’agressions sexuelles.

Gilbert Rozon-DR

Le juré de La France a un Incroyable Talent a présenté des excuses à ses victimes, et annoncé quitter toutes ses fonctions professionnelles.

Les noms de Roy Price, le vice président d’Amazon Studios, Ben Affleck ou Lars Von Trier ont également été éclaboussés par ces révélations récentes. Dernier en date, le monument hollywoodien Dustin Hoffman, a été accusé de harcèlement sexuel par l’auteure Anna Graham Carter. Il lui aurait mis la main aux fesses et aurait tenu des propos sexuellement chargés alors qu’elle n’était âgée que de 17 ans. Il s’est excusé dans une déclaration.

 

Le monde politique ébranlé

 

Le grand nettoyage ne concerne pas que le monde du cinéma. Depuis quelques jours, une hécatombe a lieu chez les politiques britanniques, dans le sillage de l’affaire Weinstein. Michael Fallon, Ministre de la Défense, a présenté sa démission après les déclarations d’une journaliste, reconnaissant avoir eu des « comportements » douteux envers les femmes il y a quelques années.

Michael Fallon – DR

Le vice Premier Ministre Damian Green et le secrétaire d’état au commerce international Mark Garnier, tous deux accusés de harcèlement sexuel par certaines de leurs collaboratrices, ont nié avoir commis de tels actes, bien que le second ait confirmé avoir envoyé sa secrétaire lui acheter des sex toys pendant qu’il l’attendait à l’extérieur du magasin. D’autres témoignages existeraient selon la BBC : une liste de députés conservateurs, dont plusieurs ministres, circule depuis plusieurs jours. Elle contient pêle-mêle des informations, non vérifiées ni prouvées, sur des relations extraconjugales, des gestes inappropriés ou des cas de harcèlement sexuel. Une militante travailliste a par ailleurs affirmé avoir été violée à 19 ans par un membre du Labour, bien plus élevé qu’elle dans la hiérarchie du parti, en 2011, lors d’une soirée. Elle a ajouté avoir été dissuadée d’en parler par des membres du Labour. Ebranlée par ces accusations touchant de très près son gouvernement, Theresa May a promis de mettre en place de nouvelles instances pour accueillir au Parlement les plaintes éventuelles et prévenir le harcèlement sexuel.

Les politiques français ne sont pas en reste. L’ex candidat à la présidentielle et député des Pyrénées-Atlantiques Jean Lasalle, a été accusé de harcèlement et d’agressions sexuelles par plusieurs femmes, notamment au sein de l’Assemblée Nationale. Il a nié avoir commis des actes répréhensibles, admettant néanmoins qu’il lui arrivait d’être « tactile ». Une enquête a été ouverte par le Parquet de Paris à l’encontre du conseiller régional de Seine-et-Marne Gilbert Cuzou, accusé par deux de ses collaboratrices d’attouchements à connotation sexuelle. Il nie les faits, et compte porter plainte pour dénonciation calomnieuse et diffamation. C’est également l’option qu’a choisi Christophe Arend, député LREM, accusé par son ex assistante parlementaire de lui avoir fait des remarques graveleuses et des gestes déplacés. La fille d’Éric Besson, Ariane Fornia, a déclaré dans une lettre publiée sur les réseaux sociaux avoir été agressée sexuellement par l’ancien Ministre de la Défense Pierre Joxe, lors d’une soirée à l’opéra en 2010.

S’ils sont nombreux à nier les faits, certains les admettent, en invoquant la « tradition », ou encore la « blague douteuse ». C’est le cas de l’ancien président des États-Unis George H.W. Bush, 93 ans, qui a mis une main aux fesses à une actrice lors d’un tapis rouge, et s’est excusé pour son geste « un peu déplacé ».

 

Fin de l’omerta dans les  médias?

 

Le monde des médias fait partie des plus touchés par les retombées de l’affaire Weinstein. Les stars de plusieurs grandes chaînes à travers le monde sont accusées d’avoir eu des comportements répréhensibles, allant parfois juqu’à des viols.

Ex-présentateur vedette de la chaîne américaine ultra-conservatrice Fox News, Billy O’Reilly est accusé de harcèlement et d’agressions sexuelles par d’anciennes collaboratrices. Il avait été remercié par la chaîne en avril 2017 pour des faits similaires, avec une prime de plusieurs millions de dollars. Mais les révélations des dernières semaines ont poussé une ex collaboratrice, avocate de la chaîne, à raconter son agression par le présentateur, avec une nouvelle précision révélée par le New York Times : elle a été payée 32 millions de dollars par le présentateur en échange de son silence.

Fox News n’est pas la seule chaîne américaine touchée. L’ancien chef du service politique d’ABC News, Mark Halperin, est accusé de harcèlement de d’atteintes sexuelles par cinq femmes. S’il nie les accusations, il a déclaré avoir eu un « comportement déplacé » et s’est excusé d’une « attitude parfois vulgaire ».

Le Washington Post a révélé cette semaine que le rédacteur en chef de la radio publique américaine NPR, Michael Oreskes, aurait embrassé de force deux jeunes femmes et les aurait harcelées sur leur lieu de travail. Il a reconnu ses accusations et présenté ses excuses aux victimes, avant de démissionner de son poste, en accord avec sa direction.

En France, Eric Monier, ex directeur de la rédaction de France 2 et actuel directeur de la rédaction de LCI, est accusé de harcèlement sexuel et moral par la journaliste Anne Saurat-Dubois. En CDD chez France 2, elle aurait refusé les avances que lui aurait faites Monier, son supérieur à l’époque qui, vexé, lui aurait promis de faire de sa vie « un enfer ». Les agissements de l’ex patron d’Équidia, Eric Brion, ont également été dénoncés par la journaliste Sandra Muller grâce au #balance ton porc :

 

 

Ont également circulé les noms de Leon Wieseltier, éditeur du magazine The New Republic, du présentateur et humoriste canadien Eric Salvail, du présentateur et chef cuisinier John Besh ou encore Knight Landesman, co-directeur du magazine ArtForum.

 

Les stars de la musique également visées

 

Le secteur de la musique reste pour l’instant relativement épargné par les accusations, sauf pour quelques habitués. C’est le cas du chanteur R. Kelly, accusé d’agressions sexuelles depuis plusieurs mois par de nombreuses femmes, depuis une enquête de Buzzfeed. Mais l’affaire Weinstein a poussé des victimes présumées du chanteur à se déclarer. L’une d’entre elles accuse l’interprète d’ « I believe I can fly » d’être un « gourou », et de séquestrer des femmes à son domicile pour en faire ses « esclaves sexuelles » et avoir des relations non consenties avec elles.

Marilyn Manson s’est récemment séparé de son bassiste Twiggy Ramirez, accusé par son ex-petite amie de viol, alors qu’elle était mineure à l’époque. De la même manière, sept femmes ont témoigné dans Spin et une huitième publiquement contre l’ex-guitariste du groupe indé Real Estate Matt Mondanile, qui n’a pas réagi à ces déclarations. Alex Calder, ancien musicien de Mac DeMarco a vu la sortie de son album annulée par son label à la suite d’«accusations d’agression sexuelle».

 

De la mode au monde universitaire

 

Personne n’est épargné par les retombées de l’affaire Weinstein. Les masques tombent, et certaines révélations de ces dernières semaines ont permis de confirmer des soupçons de longue date. C’est le cas pour le photographe de mode Terry Richardson, soupçonné d’abuser de jeunes mannequins depuis des années lors de ses photoshoots. De nouvelles dénonciations ont poussé le groupe Condé Nast à « blacklister » le photographe américain.

Enfin, l’étau se resserre autour de l’islamologue Tariq Ramadan. Il est soupçonné de viol, agression sexuelle, violence et menaces de mort. Une enquête préliminaire a été ouverte par le Parquet de Paris après la première plainte, déposée le 20 octobre par Henda Ayari, une ancienne salafiste, qui l’accuse de l’avoir agressée en mars 2012 dans une chambre d’hôtel. Une seconde femme a également porté plainte en dénonçant des agissements similaires. Tariq Ramadan nie catégoriquement les faits.

Tariq Ramadan-DR

Sur sa page Facebook, il a dénoncé « une campagne de calomnie » et une « machine à mensonge de ses ennemis de toujours ». Il a d’ores et déjà porté plainte contre Henda Ayari pour dénonciation calomnieuse. Par l’intermédiaire de ses avocats, Tariq Ramadan fait par ailleurs savoir qu’il se tient à disposition de la justice.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone