Actualités, Jeux Olympiques, Justice

JO de Rio : Frankie Fredericks mis en examen pour corruption passive

L’ex-athlète a été mis en examen dans le cadre de l’enquête sur l’attribution des jeux Olympiques de Rio en 2016.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Frankie Fredericks a été mis en examen jeudi pour corruption passive et blanchiment de corruption, a révélé une source proche du dossier. Le juge Renaud Van Ruymbeke, qui dirige les différentes enquêtes sur la corruption autour des attributions d’événements sportifs, a longuement entendu l’ancien sprinteur namibien dans le cadre de l’enquête en France sur des soupçons d’achats de voix dans l’attribution des Jeux olympiques de Rio.

Le Monde a révélé en mars dernier un versement douteux: l’ancien sprinteur a touché 299 300 dollars via sa société offshore, Yemi Limited, en octobre 2009, le jour-même de l’élection de Rio comme ville hôte des Jeux 2016. La somme venait de la société du fils de l’ancien président de la fédération internationale d’athlétisme. Fredericks, qui n’était pas encore membre du CIO, officiait ce jour-là comme scrutateur, c’est-à-dire qu’il était chargé de surveiller le bon déroulement du scrutin. 

« Ce paiement n’a rien à voir avec les J.O.», a affirmé en mars Frankie Fredericks en évoquant le règlement d’un travail effectué à partir de 2007 et de services rendus à l’IAAF et aux Championnats d’Afrique d’athlétisme.

Depuis ce versement, découvert six ans plus tard grâce aux documents mis à jour par l’affaire des Panama Papers, le Namibien a continué de grimper les échelons et a été nommé président de la commission d’évaluation pour les Jeux olympiques de 2024. Un poste dont il a démissionné en mars 2017, suite à ces soupçons de corruption.  

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone