Chine, Corée du Nord, Corée du Sud, Donald Trump, Etats-Unis, Japon, Philippines, Vietnam

La tournée asiatique de Donald Trump marquée par l’épineux dossier nord-coréen

Donald Trump célèbre sa première année au pouvoir par une tournée marathon en Asie : 12 jours pour évoquer le dossier nord-coréen et réaffirmer l’engagement économique américain dans la région Asie-Pacifique.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

C’est la tournée la plus longue d’un président des Etats-Unis en Asie depuis 1991. Donald Trump débute ce vendredi un séjour marathon de 12 jours en Asie : au programme, Japon, en Corée du Sud, en Chine, au Vietnam et aux Philippines. Première escale ce vendredi : Hawaï, Etat américain du Pacifique.

Une bouffée d’air pour le président américain, acculé par les enquêtes sur l’ingérence russe dans les élections présidentielles de 2016, mais aussi par ses propos polémiques suite à l’attentat de New York du 31 octobre.

Cette tournée s’articule autour de l’épineux dossier nord-coréen. Le but pour Donald Trump : parvenir à aligner le Japon, la Corée du Sud et la Chine, pourtant alliée de Pyongyang, sur une position plus ferme envers le régime de Kim Jong-un. Il s’agira également de renforcer la position commerciale des Etats-Unis dans la région, en réaffirmant l’engagement américain dans les organisations économiques régionales.

Visualisez notre carte résumant les étapes et enjeux du voyage du président américain :  https://www.google.com/maps/d/edit?hl=fr&mid=1IVp6-fCBAjtlM2pJNUXvGmI8RmU&ll=22.95497734624229%2C126.47686113749978&z=5

HAWAÏ

Donald Trump visite la base militaire Pearl Harbor/Hickham ce vendredi après-midi. Le président américain quittera Hawaï samedi matin, direction le Japon. Une visite express, mais pas de quoi contrarier la population hawaïenne. Nostalgique de l’ère Obama, enfant du pays, l’Etat est résolument anti-Trump : seuls 30 % d’Hawaïens ont voté pour le Républicain en 2016, le taux le plus bas des Etats-Unis.

JAPON

Crédit : Wikicommons.

Le président américain est attendu ce dimanche par le Premier Ministre japonais Shinzo Abe, avec qui il entretient de bonnes relations. Les deux hommes débuteront d’ailleurs le séjour par une partie de golf. Le pogramme sera ensuite plus studieux, avec la rencontre avec l’Empereur Akihito et des discussions autour de l’épineux dossier nord-coréen – le territoire japonais a été survolé cet été par des missiles tirés par le régime de Kim Jong-un. Face à la menace, le Japon pourrait revenir sur sa renonciation « à jamais » à la guerre, pourtant inscrite dans la Constitution. Départ pour la Corée du Sud prévu mardi.

COREE DU SUD

Déception pour le président Moon : son homologue américain, qui préfère favoriser l’étape chinoise, ne restera qu’une journée à Séoul. Pourtant, les deux chefs d’Etat auront beaucoup à se dire, notamment sur le dossier nord-coréen : Moon Jae-in souhaite privilégier le dialogue avec Pyongyang, alors que Donald Trump adopte une rhétorique guerrière. Autre point de tension : le président américain séchera la traditionnelle visite de la zone démilitarisée entre les deux Corée, pourtant symbole de la forte alliance entre Séoul et Washington, pour se rendre à la base militaire américaine d’Humphreys. L’emploi du temps serré du président explique cet arbitrage… Arrivée en Chine mercredi.

 CHINE

Donald Trump se plaît à rappeler les bonnes relations qu’il entretient avec son homologue chinois Xi Jinping. Reste à savoir si les rapports des deux dirigeants seront toujours au beau fixe à l’issue du séjour. Le président américain devrait en effet intimer à la Chine d’être moins souple vis-à-vis du régime nord-coréen, qui entretient des liens commerciaux et politiques cordiaux avec Pyongyang. Les deux pays devront également évoquer leurs propres relations commerciales, émaillées par les récentes mesures antidumping prises par Washington.

 VIETNAM

Le 10 novembre, sommet de la Coopération économique pour l’Asie Pacifique : l’occasion pour Donald Trump de réaffirmer l’engagement des Etats-Unis dans l’organisation. En pleine enquête sur l’ingérence russe dans l’élection présidentielle de 2016, le chef de l’Etat américain pourrait rencontrer Vladimir Poutine en marge de l’événement. Le locataire de la Maison Blanche devrait également prôner une « région Indo-Pacifique libre et ouverte », alors que l’Asie du Sud est divisée sur la question du contrôle de la mer de Chine du Sud.

PHILIPPINES

Donald Trump bouclera sa tournée asiatique par deux jours aux Philippines. Il prendra part à un second sommet, celui de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est. Le président américain devrait rencontrer son homologue philippin, le très controversé Rodrigo Duterte. L’occasion pour les deux chefs d’Etat d’évoquer la question des droits humains aux Philippines, alors que le pouvoir mène une chasse sanglante contre les trafiquants de drogues. Retour prévu le 14 novembre aux Etats-Unis.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone