Politique

L’ex-présidente sud-coréenne, Park Geun-hye, expulsée de son parti

Park Geun-hye, présidente déchue de Corée du Sud, a été expulsée ce vendredi 3 novembre du parti conservateur. Une volonté pour le parti Liberté Corée de s’éloigner du scandale de corruption touchant l’ex-présidente.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Le président du parti Liberté Corée, Hong Joon-Pyo, a annoncé l’expulsion de l’ancienne présidente de Corée du Sud de son parti. Cette décision a été prise « pour l’avenir de notre parti et du pays », a-t-il déclaré

L’ombre de Park Geun-hye semble encore très présente chez les conservateurs. Empêtrée dans un vaste scandale de corruption, l’ex présidente avait été destituée en mars 2017 par les huit juges de la Cour constitutionnelle sud-coréenne. Mise en cause dans une affaire de trafic d’influence, la fille de l’ancien dictateur Park Chung-hee est désormais en détention provisoire.

Des répercussions sur le parti conservateur

Le scandale touchant Park Geun-hye n’est pas sans conséquence pour le parti Liberté Corée. Son président a d’ailleurs décidé de changer le nom du parti : Saenuri auparavant.

De nombreux députés du parti de l’ex-présidente ont également voté sa destitution. Et lors de l’élection présidentielle, le candidat conservateur, M. Hong, a subi une lourde défaite face au démocrate Moon Jae-in.

Avec cette expulsion, le parti conservateur espère récupérer les faveurs des députés dissidents ayant fui après la destitution de Park Geun-hye.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone