International

Appel à une nouvelle intifada : l’arme explosive du Hamas

Le Hamas a violemment réagi, au lendemain de l’annonce par Donald Trump de sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. L’organisation islamiste palestinienne a appelé à une nouvelle intifada, la quatrième de l’histoire du pays.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Après les appels à la grève, l’Etat d’Israël se prépare-t-il à une montée de la violence ? Quelques heures après que Donald Trump a annoncé vouloir déplacer l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem, qu’il a reconnu comme étant la capitale d’Israël, le Hamas a appelé ce vendredi matin à une nouvelle intifada. « On ne peut faire face à la politique sioniste soutenue par les Etats-Unis qu’en lançant une nouvelle intifada », a déclaré le chef de l’organisation islamiste palestinienne, Ismaïl Haniyeh.

L’intifada, littéralement « soulévement spontané », est un terme utilisé pour qualifier les mouvements majeurs d’oppositions populaire contre l’armée israélienne en Palestine. La première intifada, ou « guerre des pierres », a débuté le 9 décembre 1987, au lendemain de la mort de quatre Palestiniens, écrasés par un camion israëlien dans un accident de la circulation, explique l’Institut européen de recherche sur la coopération méditerranéenne et euro-arabe (MEDEA). Entre 1987 et 1993, plus de 1 000 Palestiniens ont été tués et des dizaines de milliers blessés, rappelle l’ONU. Les accords d’Oslo signés en septembre 1993 ont mis fin à cette première intifada.

Une « intifada des couteaux »

La deuxième intifada a éclaté à la suite de la visite controversée du chef de l’opposition israélienne Ariel Sharon sur l’Esplanade des Mosquées, à Jérusalem. Cette visite a été interprétée comme une provocation par une partie de la population palestinienne, déjà en colère contre la stagnation du processus de paix et la poursuite de l’implantation de colonies israéliennes en territoire palestinien. Jusqu’en 2005, ces violences conduiront à la mort de 3179 Palestiniens et de 1010 Israéliens.

Depuis l’automne 2015, de violents incidents surviennent régulièrement entre Palestiniens et Israéliens. Cette période, appelée « intifada des couteaux », pourrait déboucher sur des violences plus importantes si l’appel du Hamas était appliqué par les Palestiniens. Le conseil de sécurité de l’ONU se réunit de son côté ce vendredi et le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou sera ce dimanche à Paris pour déjeuner avec Emmanuel Macron. Autant d’initiatives diplomatiques qui ont jusqu’ici échoué à éviter les violences.

LIRE AUSSI: Statut de Jérusalem : « Trump a mis le feu aux poudres »

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone