Actualités, Culture, France, Hommage à Johnny

Comment la France célèbre-t-elle la mémoire de ses grands artistes ?

Un hommage populaire sera organisé samedi 9 décembre de 11h à 14h sur les Champs Elysées, ainsi qu’un office religieux aura lieu à l’église de la Madeleine le même jour. Bien que les artistes aient très rarement droit à une cérémonie nationale, les Français n’attendent pas forcément une décision de l’Etat pour descendre dans la rue rendre hommage à leurs idoles.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Emmanuel Macron a salué un « héros français » et prévoit d’assister samedi avec son épouse Brigitte aux obsèques de Jean-Philippe Smet dit Johnny. Le premier ministre Edouard Philippe a pris la parole pour lui rendre hommage. Il a notamment précisé de M. Macron réfléchirait à une manière de rendre un hommage tout particulier à Johnny Hallyday. Il a ajouté que l’hommage ne pourrait être organisé qu’en accord avec la famille du chanteur disparu.

Dans le passé, la perte de grandes figures de la culture avait provoqué un élan de célébration de la mémoire chez les Français.

Le Panthéon pour Victor Hugo

A sa mort le 22 mai 1885, Victor Hugo est le premier écrivain à bénéficier d’obsèques nationales. Elles étaient jusqu’alors réservées aux plus hauts personnages de l’Etat. Sa disparition est l’occasion d’une grande fête populaire pour la jeune Troisième république. L’auteur des Misérables est panthéonisé aussitôt, son cercueil déposé sous l’Arc de Triomphe. La cérémonie est entièrement organisée par Charles Garnier, le célèbre architecte de l’Opéra Garnier.

La procession descend l’avenue des Champs-Elysées, défile devant la place de la Concorde et emprunte le boulevard Saint-Germain. Une foule de deux millions de Parisiens se presse le long du parcours et célèbre le plus grand écrivain du 19ème siècle.

Funérailles nationales de Victor Hugo à l’Arc de Triomphe en 1885

La môme au Père-Lachaise

Le 10 octobre 1963, la France est en deuil. Edith Piaf, l’interprète de La vie en rose, de L’hymne à l’amour et de Non, je ne regrette rien vient de mourir. Pas d’hommage national et encore moins de cérémonie religieuse pour la chanteuse. La raison ? Une vie privée jugée « dissolue » par l’Eglise, qui allait même jusqu’à lui reprocher « un état de péché public ». Un convoi public se forme et plus de 500 000 personnes suivent la dépouille d’Edith Piaf jusqu’au cimetière du Père-Lachaise.

Une veillée pour Serge Gainsbourg

Celui qu’on aimait tant surnommer « l’homme à tête de chou » meurt soudainement le 2 mars 1991, dans son hôtel particulier de la rue de Verneuil dans le 7ème arrondissement de Paris. Pendant plusieurs nuits, les fans se réunissent sous les fenêtres de sa demeure, munis de chou, de flasques d’alcool, de disques ou encore de paquets de Gitanes, les cigarettes préférées du poète. Il est enterré le 7 mars au cimetière du Montparnasse, aux côtés de ses parents. Proches, fans et artistes se réunissent auprès de son épouse, Jane Birkin. Tandis que Johnny Hallyday figure parmi la foule, Catherine Deneuve déclame les paroles de la chanson de Jane Birkin, Fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve. 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone