Justice, Musique, Société

Jo Le Pheno condamné à deux amendes de 1000 euros pour la diffusion de « Bavure »

Le Tribunal correctionnel de Paris, a condamné vendredi 8 décembre le rappeur Jo Le Pheno à 2000 euros d’amende. Son clip « Bavure, » avait déclenché la colère des syndicats de Police.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

« Trop de nos frères sont partis à cause d’une bavure policière. (…) Sans hésiter, faut les fumer [les policiers] »  Le rappeur français Jo Le Pheno, 23 ans, Jois Ndjibu de son vrai nom, a été condamné par la justice vendredi 8 décembre pour « incitation à une atteinte volontaire à la vie et injure publique envers une institution publique« . Son clip « Bavure », diffusé pour la première fois en août 2016, est mis en cause car jugé « anti-flic ».

A l’époque de la mise en ligne du clip, les syndicats de Police s’étaient offusqués et le ministère de l’Intérieur avait porté plainte. La vidéo a été visionnée près de 122 000 fois, jusqu’à son retrait en septembre 2016.

Deux diffusions: deux condamnations

Jo Le Pheno avait déjà du payer 1 000 euros d’amende et verser 3000 euros de dommages et intérêts à un policier qui s’était reconnu dans la vidéo suite à la première diffusion en août 2016. S’ajoutait à cela des frais de justice de 1 500 euros et un euro symbolique pour l’agent judiciaire de L’État.

En février 2017, « Bavure » est remis en ligne et de nouvelles poursuites sont engagées à son encontre. Ce sont celles-ci qui ont abouti le 8 décembre : le rappeur est à nouveau condamné à payer 1 000 euros d’amende ainsi qu’un euro symbolique à l’État.

« Ça ne m’empêchera pas de continuer à dénoncer, au contraire »

A peine sorti de son audience, Jo Le Pheno songe déjà à faire appel. Il a d’ailleurs insisté sur un point: « ça ne m’empêchera pas de continuer à dénoncer, au contraire« . Lors sa convocation au Palais le 27 octobre dernier, il avait déclaré au juge avoir simplement voulu pointer du doigt « une accumulation » de violences policières et non inciter à la violence envers les forces de l’ordre.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone