Actualités, Economie, France, Politique, Société

Notre-Dame-des-Landes : une décision annoncée pour début 2018

Des premiers éléments du rapport des médiateurs avaient déjà filtré lundi 11 décembre. Ce matin, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a indiqué sur France 2 que la décision ne serait prise que d’ici quelques semaines.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Rien avant 2018. « Une décision définitive » sur le projet controversé de Notre-Dame-des-Landes « sera prise au plus tard en janvier », a affirmé  Emmanuel Macron mardi dans un entretien au Monde, à la veille de la remise du rapport des médiateurs.

« Les intérêts climatiques seront évidemment pris en compte dans notre décision. Il y a aussi les aspects démocratiques et économiques », a encore précisé le chef de l’Etat. « Quelle que soit notre décision, la cohérence avec tous nos choix environnementaux au niveau national, européen et mondial, sera un des éléments de notre choix », a assuré Emmanuel Macron, alors qu’un sommet pour accélérer le financement de la lutte contre le changement climatique réunit mardi à Paris plusieurs dizaines de dirigeants.

Le rapport des médiateurs sur le projet de Notre-Dame-des-Landes doit être remis mercredi à Édouard Philippe. Il recensera les avantages et les inconvénients des différentes options avec des recommandations pour chacune, selon une source proche du dossier.

LIRE AUSSI
> « Make our planet great again » : qui sont les 18 chercheurs retenus ? 

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, avait dit mardi matin qu' »une décision définitive » serait prise « d’ici quelques semaines ». Ces derniers mois, Matignon avait pourtant répété que la décision serait connue de tous avant Noël. Et selon les premiers éléments du rapport, les médiateurs ne tranchent pas en faveur de l’une ou l’autre des options : le coût entre la construction d’un nouvel aéroport ou l’agrandissement de l’actuel infrastructure de Nantes est quasi similaire. C’est à Emmanuel Macron que reviendra le devoir de trancher.

La promesse gouvernementale de rendre une décision avant les fêtes semblait difficile à tenir. Depuis juin, les trois médiateurs, un ancien pilote, un ingénieur et une préfète, planchent sur ce dossier épineux et sensible. Ils ont principalement étudié l’option d’un réaménagement de l’aéroport Nantes-Atlantique.

« Peut-être de nouvelles alternatives »

Nicolas Hulot, le ministre de la transition écologique, a promis dimanche 11 décembre de prendre ses « responsabilités en fonction de ce qu’il y a dans le rapport » et a précisé que cela « ne veut pas forcément dire démissionner. » L’ancien présentateur d’Ushaïa et défenseur de la cause environnementale a tout de même déclaré au journal 20 minutes espérer que le rapport pointerait « de nouveaux éléments et peut-être de nouvelles alternatives« .

À la question de savoir si un risque éventuel de départ de Nicolas Hulot pèserait dans la décision, Benjamin Griveaux a assuré qu' »il n’y a pas de menace, de marchandage, ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. »

Le dossier continue de tirailler la classe politique. De son côté, Jean-Marc Ayrault, l’ancien Premier ministre de François Hollande, a affirmé dans une interview au Journal du dimanche que « passer outre le référendum favorable à la construction de l’aéroport Notre-Dame-des-Landes serait un déni de démocratie. »

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone