En Marche !, Justice, Les Républicains, Parti socialiste, Politique

Ministre, Urvoas aurait informé Solère de l’enquête ouverte contre lui

Le canard enchaîné révèle ce mercredi 13 décembre que Jean-Jacques Urvoas (PS), lorsqu’il était garde des sceaux de François Hollande, aurait adressé à Thierry Solère (ex-LR) une note confidentielle détaillant le contenu des investigations le visant.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Les petits services entre amis ne concernent pas que les membres d’un même parti. C’est ce qu’assure Le canard enchaîné ce mercredi, qui épingle Jean-Jacques Urvoas (PS) et Thierry Solère (Ex-LR, désormais LREM). Lorsque le premier était ministre de la Justice, il aurait communiqué durant l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle en 2017 une note confidentielle au député. Celle-ci, émanant de la direction des affaires criminelles et des grâces (DGAC), détaille l’état des investigations en cours au sujet de Thierry Solère, soupçonné de fraude fiscale, blanchiment et trafic d’influence.

Celui qui avait fini par lâcher François Fillon après sa mise en examen pendant l’élection présidentielle aurait, selon le Canard, demandé ces informations au Garde des sceaux, un ami. Il aurait alors reçu le document demandé via l’application Telegram, signé d’un « Amitiés, Jean-Jacques Urvoas », note le palmipède. La découverte aurait été faite par « les flics qui, le 26 juin, ont perquisitionné le domicile de Solère ».

Le député des Hauts-de-Seine reconnaît avoir échangé avec Jean-Jacques Urvoas à propos d’une enquête le visant. Selon son avocat, le texte ne faisait que confirmer les informations citées dans la presse. « Thierry Solère n’a pas considéré que cela pouvait poser problème », assure le conseil au Parisien. Jacques Urvoas, qui n’a pas commenté ces informations, pourrait lui voir sa « responsabilité pénale » engagée, a indiqué mercredi la procureure de Nanterre. Le parquet a par ailleurs indiqué que des « documents » faisant « apparaître des échanges » entre Thierry Solère et un magistrat du pôle financier du Tribunal de grande instance (TGI) de Paris ont été identifiés dans la même enquête. Selon Le Parisien, il s’agit d’échanges de SMS relatifs à « une circonscription LR » aux législatives.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone