Actualités, France, santé, Société

Le laboratoire Merck ne distribuera plus l’ancienne formule du Levothyrox

Le laboratoire allemand Merck a annoncé ce jeudi 14 décembre qu’il ne prévoyait pas de reconduire l’ancienne formule du Levothyrox au-delà de 2018.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

L’ancienne formule du médicament pour la thyroïde Levothyrox ne sera pas reconduite après 2018. Réimportée en France depuis octobre afin de répondre aux nombreuses plaintes sur les effets indésirables de la nouvelle formule, l’ancienne formule est de nouveau menacée de disparation.

« Nous n’allons pas éternellement réimporter » en France, a prévenu Thierry Hulot, le patron des activités biopharmarceutiques de Merck Serono, la filiale française du groupe. Il a toutefois précisé « qu’une nouvelle importation était prévue très prochainement pour que le pays puisse tenir jusqu’à mars « .

Un retour temporaire à l’ancienne formule pour briser la polémique

Au début du mois de décembre, une mission d’information et médicament a été lancée par le gouvernement. Elle doit rendre ses travaux en mai. L’exécutif reconnait un  » problème d’information et un défaut d’anticipation  » à propos du changement de formule.

Le laboratoire serait également prêt à réimporter un peu plus longtemps cette ancienne formule, afin que les alternatives soient disponibles. Thierry Hulot s’est gardé de dévoiler une date butoir.

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

Changée en mars dernier, la nouvelle formule peine à convaincre. Pire, des patients se plaignent même d’effets indésirables. Face à la grogne, Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, avait demandé au laboratoire en octobre dernier d’importer temporairement en France l’ancienne formule. Les problèmes concernent « 100 000 patients français sur trois millions. Respectons-les et aidons-les« , a ajouté Thierry Hulot.

Depuis le changement de formule, de nombreuses plaintes ont été déposées contre X. Notamment pour « mise en danger de la vie d’autrui » et « tromperie« . L’enquête a été confiée à des magistrats marseillais.

Médicament pour la thyroïde le plus prescrit en France, le Levothyrox a de la concurrence : le L-Thyroxin Henning du laboratoire français Sanofi et le L-Thyroxine (gouttes) du Belge Serb sont disponibles et pèsent à eux-deux moins de 10% du marché.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone