La croissance des pays du G20 moins “carbonée” et un peu plus “verte”

Pour la première fois depuis 2009, plusieurs pays enregistrent un taux de “décarbonisation” supérieur à 6%.

Les émissions de gaz à effet de serre ont légèrement augmenté dans les pays du G20 en 2014, mais à un rythme nettement inférieur à la croissance économique, signe d’une “décarbonisation” de l’économie qui s’accélère, selon une étude du cabinet d’audit PwC, publiée lundi.

L’an dernier, alors que la croissance économique a atteint 3,2% dans les pays du G20, les émissions de gaz à effet de serre ont elles augmenté de 0,5%, ce qui conduit à une baisse de l’intensité carbone de 2,7%, “une diminution sans précédent”, détaille PwC dans cette étude annuelle.

L’intensité carbone est mesurée par le nombre de tonnes de gaz à effet de serre émises pour un million de dollars de PIB.

Cette étude met en évidence “un début de découplage entre la croissance et les émissions de carbone”, un élément essentiel pour lutter contre le réchauffement climatique, insiste Sylvain Lambert, associé en charge du développement durable et du changement climatique chez PwC.

Décarbonisation record

Pays par pays, le Royaume‐Uni a vu son intensité carbone diminuer de 10,9%, tirée par une baisse de la consommation de charbon et un hiver plus doux, devant la France (-9%), essentiellement du fait d’une faible croissance économique, et l’Italie (-7,8%).

A l’opposé, la Turquie a augmenté de 4,4% son intensité carbone, devant l’Arabie saoudite (+4%) et le Brésil (+3,6%).

C’est la première année depuis l’existence de cette étude en 2009 que plusieurs pays enregistrent un taux de décarbonisation égal ou supérieur à 6,3%. Ce taux est le minimum requis au niveau mondial pour limiter le réchauffement climatique à 2 degrés.

Mais les pays du G20 sont “encore loin” de l’objectif, note l’étude, qui constate que les plans de réduction des émissions annoncés par les pays dans l’optique de la conférence internationale sur le climat de Paris en décembre (COP21) impliquent un taux moyen de décarbonisation de 3% au niveau mondial.

Avec AFP