Régionales : un “premier acte de la présidentielle” pour Rachida Dati

“Attention à la victoire sur le seul rejet des socialistes” a averti, plutôt confiante, l’eurodéputée les Républicains dans les colonnes du Parisien-Aujourd’hui en France paru mardi 13 octobre. Interrogée sur les régionales, l’ancienne ministre de la Justice s’est exprimée sur le duel qui agite en ce moment l’Ile-de-France, entre Valérie Pécresse et Claude Bartolone. “Notre victoire doit se faire grâce à une mobilisation exceptionnelle des Français”, ponctue‐t‐elle.

Rachida Dati est claire : “Les résultats aux régionales seront le premier acte de l’élection présidentielle”. Elle assure que son parti doit conquérir durablement le coeur de l’électorat français, avec de vraies réformes et un engagement sincère de la part des candidats. Elle refuse l’idée d’un choix par défaut et réclame une mobilisation sans faille des candidats pour créer une réelle adhésion de la part des Français.

Evacuer les combats d’égo

Pour l’ancienne ministre de la Justice, qui organise “des réunions en Ile‐de‐France, notamment dans les départements populaires”, il y a trop de parachutages de candidats pour ces élections régionales. Des hommes et des femmes qui se retrouvent à figurer sur les listes de départements qu’ils connaissent peu. Elle met en garde contre “la cooptation d’amis ou de personnes inconnues, qui ne connaissent pas le terrain”.

Sans mâcher ses mots, l’eurodéputée s’est aussi exprimée sur le piège de la primaire à droite, qui risque de privilégier les combats d’ego dans le parti au détriment des vraies préoccupations des Français. Rachida Dati s’est aussi défendue sur sa suspension actuelle du groupe les Républicains au Conseil de Paris, assurant n’avoir rien à se reprocher.