Vidéo : comprendre le référendum du PS en une minute

Annoncé il y a mois, ce référendum a été organisé comme une véritable campagne électorale.

“Un électrochoc.” Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, n’en attend pas moins des résultats du référendum du week-end du 17 octobre. “Il nous faut au moins 200 000 votes pour pouvoir indiquer que nous étions unis dans les régions”, a‑t-il affirmé, le 12 octobre. Il a donc invité les partisans de gauche à voter du 16 au 18 octobre, sur internet et dans des points de vote, installés partout en France, pour ou contre une union de la gauche aux prochaines élections régionales de décembre.

Lire aussi: Pourquoi le référendum de la gauche sera un fiasco

Annoncé le 19 septembre dernier, le référendum a été organisé en moins d’un mois. Tracts, SMS, site internet dédié…le vote a été organisé comme une véritable campagne électorale. Mais comment se dérouleront ces trois jours de référendum?

Avec cet appel aux urnes, Jean-Christophe Cambadélis espère pouvoir montrer aux candidats de droite et d’extrême droite que la gauche est encore unie. Même si cette initiative ne plaît pas à toutes les têtes de liste de gauche, notamment Emmanuelle Cosse, candidate EELV en Île-de-France, qui y voit un “chantage au rassemblement”.