COP21 : des ONG veulent débattre de la faim dans le monde

L’alimentation doit être une des priorités de la COP21. C’est en tout cas ce que pense la CCFD‐Terre Solidaire qui a appelé jeudi à inclure les questions de sécurité alimentaire et d’agriculture dans les négociations de la conférence sur le climat (COP21) prévue au mois de décembre à Paris.

La COP21 ne peut ignorer la question de la faim dans le monde”, or “les notions de droits humains et de sécurité alimentaire ne sont pour le moment pas prises en compte dans ce qui relève de l’accord destiné à être signé en décembre 2015 pour une application en 2020″, estime l’ONG dans un communiqué.

L’agriculture n’est jamais citée dans le document de base des négociations de la prochaine session organisée à Bonn” en amont de la conférence de Paris, dénonce le texte.

4 Français sur 5 font le lien entre faim dans le monde et changement climatique

Alors que 800 millions de personnes souffraient déjà de la faim en 2014, (…) 600 millions de personnes supplémentaires pourraient être touchées par les impacts des changements climatiques si rien n’est fait d’ici 2080″, rappelle le CCFD‐Terre Solidaire, citant des chiffres de l’ONU.

La sécurité alimentaire doit être réintégrée dans l’Accord de Paris et inscrite au‐delà du seul préambule”, ont aussi plaidé en début de semaine treize ONG, dont Médecins du Monde, la Croix Rouge française, le Secours Catholique et Acted.

Le changement climatique a déjà des conséquences directes sur la sécurité alimentaire”, estiment ces organisations, citant les effets de l’augmentation des catastrophes naturelles, la baisse des productions et rendements agricoles, ainsi que la volatilité des prix agricoles.

4 Français sur 5 considèrent que faim dans le monde et changement climatique sont liés”, selon un sondage CSA commandé par le CCFD, à paraître vendredi dans La Croix.