A Paris, la police empêche Valérie Pécresse de tracter

Une simple séance de tractage a tourné au vinaigre ce jeudi. Les forces de l’ordre ont barré la route à Valérie Pécresse, tête de liste aux régionales en Ile‐de‐France, ainsi qu’à une vingtaine de militants et d’élus qui l’accompagnaient sur le parvis de la gare Saint‐Lazare.

Selon Le Parisien, plusieurs policiers et des agents de sûreté de la SNCF ont encerclé la candidate et ses soutiens, pour ensuite leur demander de quitter les lieux, “faute d’avoir sollicité une autorisation”. Philippe Goujon, maire LR du XVe arrondissement, présent sur place, s’est indigné du traitement reçu par l’équipe de tractage. “Grotesque ! On a même voulu contrôler mon identité… Je me demande qui a donné cet ordre en pleine campagne !,” s’est-il exclamé.

L’affaire s’est finalement réglée au téléphone : Valérie Pécresse a appelé Guillaume Pépy, PDG de la SNCF, pour obtenir l’autorisation de rester sur les lieux, qu’elle a finalement obtenue. Mais il n’était déjà plus l’heure de tracter et l’équipe s’est dispersée au bout d’une demi‐heure.