Régionales : le gouvernement divisé sur un éventuel cumul de Le Drian

Jean-Yves Le Drian donne du fil à retordre au gouvernement. Le ministre de la Défense, également tête de liste PS pour les régionales en Bretagne, provoque malgré lui une fausse note dans la communication de l’exécutif.

Le Premier ministre, Manuel Valls, a ainsi affirmé ce jeudi sur BFM TV que Jean-Yves Le Drian ne pourra pas cumuler son poste de ministre et celui de président de région, s’il venait à remporter l’élection en Bretagne. “Les règles sont particulièrement claires de ce point de vue-là. On ne peut pas être président de région et membre du gouvernement.”, a martelé Manuel Valls.

Une ligne claire… que ne partagent pas tous les ministres. Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’Etat chargé des relations avec le parlement, a laissé entendre sur iTélé que le ministre de la Défense pourrait exceptionnellement cumuler les deux mandats:  “Il y a un adage qui dit que l’exception confirme la règle…”

La ministre de la décentralisation, Marylise Lebranchu, s’était également prononcée pour le cumul des mandats de Jean-Yves Le Drian, mardi, sur la chaîne Public Sénat.

La popularité du ministre de la Défense explique l’ambivalence de ses collègues sur ce possible cumul des fonctions : il recueille 55 % d’opinions favorables, d’après un récent sondage Opinionway. Chaque ministre a néanmoins signé une charte de déontologie, dans laquelle il s’engage à ne pas cumuler son poste avec un autre mandat local. C’est ce qui avait poussé François Rebsamen à quitter le ministère du Travail pour retourner à la mairie de Dijon.