Régionales : incognito, Wallerand de Saint‐Just fait campagne

Le candidat du Front national aux régionales en Île-de-France a profité d'un forum sur l'environnement pour rencontrer des ingénieurs français. Nous l'avons suivi.

Wallerand de Saint‐Just fait une entrée discrète, mardi 13 octobre, au Parc expo de la porte de Versailles. La place d’invitée vedette est occupée ce matin par Ségolène Royal, ministre de l’écologie, venue pour la cérémonie d’ouverture du forum World Efficiency. D’ailleurs, les chargés de communication de l’événement, ne connaissent même pas le candidat.

Alors pendant plus d’une heure, Wallerand de Saint‐Just, veste de velours noir et pantalon jaune poussin, sillonne tranquillement les allées. A croire qu’il est ici en simple visiteur. Il ne compte pas non plus dire un mot de son programme ce mardi et préférera le garder secret jusqu’au lendemain, jour de la Sainte‐Juste. Cette excursion ne ferait donc pas partie de son calendrier de campagne ? Serait‐il ici dans le seul et simple but de rencontrer des “entreprises françaises innovantes” à même de s’associer avec la région Île‐de‐France?

Pourtant, c’est bien son directeur de campagne, Aurélien Legrand, qui se tient à ses côtés. Il se charge de prendre des photos pour alimenter en temps réel la page Twitter du candidat “hipster”.  Avec eux, le conseiller économie et écologie de Marine Le Pen, Philippe Murer, qui a soigneusement préparé un parcours des entreprises qu’il faut rencontrer.

Au programme, une demi‐douzaine d’ingénieurs et un timing serré. : quelques minutes par stand, pas plus.

Et face aux ingénieurs, le candidat du Front national tente cette fois encore d’estomper son statut d’homme politique. Il enfile alors un costume de technicien : “Ce qui m’agace, c’est que l’écologie soit aussi politisée alors qu’elle est à tout le monde.” Il ne prend même pas la peine de mentionner son parti politique lorsqu’il se présente à eux. Wallerand de Saint‐Just est simplement “conseiller régional et candidat aux élections en Île‐de‐France”.

Au détour de stands dédiés à l’installation de biogaz, à l’air comprimé ou aux purificateurs d’air intérieur, Wallerand de Saint‐Just apprend que les meubles Ikea, par l’émanation des colles, polluent l’air intérieur. Et que la station de métro Châtelet dépasse largement le seuil d’alerte de pollution aux particules fines. “Moi, tout ça me passionne”, glisse‐t‐il après son échange avec un ingénieur d’Air Serenity, qui développe des cartouches pour filtrer l’air intérieur. “On ne va pas vous déranger plus longtemps”, clôt systématiquement le candidat, toujours discret.

Wallerand de Saint-Just au forum World Efficiency à la porte de Versailles.
Wallerand de Saint‐Just au forum World Efficiency.

Rien, donc, sur son programme pour l’environnement en Île‐de‐France. Ou très peu. Wallerand de Saint‐Just explique simplement à la fin de sa visite : “Je sais que nous insistons pas mal sur l’aide aux entreprises françaises innovantes en matière d’environnement comme celles que j’ai visitées ce matin, mais venez demain, vous aurez tout mon programme !”. Avant de confier, quand même, ses idées sur la pollution aux particules fines en Île‐de‐France : “Ce qu’on nous raconte au sujet de cette pollution est erronée, déroule‐t‐il. Ces pics de pollution sont dus à la pollution en provenance d’Allemagne.”