FIFA : Qui est Gianni Infantino, le candidat surprise de l’UEFA ?

La candidature de Gianni Infantino à la présidence de la FIFA vient d’être annoncée par l’UEFA, qui tente de couvrir ses arrières, alors que son président, Michel Platini, fait face à des accusations de corruption.

Son visage est familier pour les fans de football, son nom l’est un peu moins. Gianni Infantino était surtout connu jusqu’à présent pour effectuer les tirages au sort des coupes d’Europe. Mais le “chauve de l’UEFA”, comme il est surnommé, brigue aujourd’hui la succession de Joseph Blatter,à la présidence de la Fédération internationale de football (FIFA). Lundi 26 octobre, le comité exécutif de l’Union des associations européennes de football (UEFA) a annoncé la candidature du Suisse, secrétaire général de l’instance européenne. Cette décision surprenante de l’UEFA intervient après que son président, Michel Platini, lui aussi candidat, mais suspendu jusqu’au 5 janvier par le comité d’éthique de la FIFA, a vu son appel rejeté.

Gianni Infantino, âgé de 45 ans et secrétaire général de l’UEFA depuis 2009, est avocat de formation. Sa biographie sur le site de l’UEFA le présente comme un polyglotte aguerri, fan de football depuis l’enfance. « Le football c’est la passion, l’émotion, la tolérance, le respect… bref, le football est magique » a‐t‐il déclaré en prenant ses fonctions. Avant d’entrer à l’UEFA, l’avocat avait notamment été le conseiller juridique des ligues de football italienne, espagnole et suisse.

« Nous sommes convaincus que Gianni Infantino dispose de toutes les qualités requises pour relever les défis majeurs qui se présenteront et pour mener l’organisation sur la voie de la réforme afin de restaurer l’intégrité et la crédibilité de la FIFA », a expliqué dans un communiqué l’UEFA, sans mentionner une seule fois son dirigeant, Michel Platini, dont Infantino est pourtant le bras droit. L’instance du football européen a pâti de la suspension du Français, et voulait à tout prix présenter un candidat, quelque soit le sort judiciaire de son président.

Si l’ancien numéro 10 des Bleus était finalement en capacité de se présenter à l’élection à la FIFA, Infantino devrait annuler sa candidature. L’élection, qui devrait avoir lieu le 16 février prochain, n’a jamais été aussi incertaine, à l’heure où la FIFA doit faire face à plusieurs affaires de corruption et à une enquête du FBI.