Les sénateurs LR dénoncent une récupération politique de la gauche sur les langues régionales

Les sénateurs Les Républicains (LR) ont déposé ce lundi une proposition de loi pour promouvoir l’utilisation des langues régionales, alors que le Sénat examine le projet de loi de ratification de la Charte européenne des langues régionales.

A quelques semaines des élections régionales dont la droite est favorite, les sénateurs Les Républicains (LR) ont déposé, lundi 26 octobre, une proposition de loi pour la promotion de l’utilisation des langues régionales. Un paradoxe alors que les élus de droite s’opposent à la ratification en l’état, de la Charte européenne des langues régionales qui devait être examinée au Sénat, mardi 27 octobre. La commission des lois, dans laquelle la droite est majoritaire, a adopté une question préalable. Si elle est votée dans l’hémicycle, le texte ne sera même pas examiné.

«  La question n’est pas de savoir si nous sommes pour ou contre les langues régionales: nous sommes pour, déclare Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, dans un communiqué de presse. Il est inacceptable que la gauche utilise les langues régionales comme une bouée de sauvetage pour les élections régionales. À deux mois des élections régionales, et après avoir supprimé le latin et le grec dans la réforme du collège, le gouvernement deviendrait le défenseur des langues. La ficelle est un peu grosse ! »

« Nous sommes des ardents défenseurs des langues régionales »

La ratification de cette charte faisait partie des promesses de campagne du candidat Hollande en 2012. Dans le point numéro 56 de son programme, l’actuel chef de l’Etat s’engageait à « faire ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires ». La droite dénonce aujourd’hui une récupération politique à moins d’un mois et demi du premier tour du scrutin régional.

« Nous sommes des ardents défenseurs des langues régionales, convaincus du patrimoine qu’elles représentent pour la France. Les sénateurs Les Républicains, avec le soutien de nombreux sénateurs UDI‐UC, proposent un nouvel essor pour les langues régionales », souligne le chef de la droite au Sénat.