Plus de 2500 Français détenus à l’étranger dont 8 condamnés à mort

Nicolas Pisapia et Alain Castany, autres français condamnés dans l’affaire « Air Cocaïne » sont assignés à résidence en République dominicaine dans l’attente de leur procès en appel. Combien de Français sont, comme eux, détenus à l’étranger ?

Les deux pilotes français Pascal Fauret et Bruno Odos ont fui la République dominicaine où devait se dérouler leur procès en appel sur l’affaire dite « Air Cocaïne ». S’ils ont beaucoup fait parler d’eux depuis leur « évasion », ils sont loin d’être les seuls Français détenus à l’étranger.

Le Quai d’Orsay compte 2558 Français incarcérés hors du territoire national en 2015. 40% d’entre eux sont incarcérés pour des infractions à la législation sur les stupéfiants. L’autre principal motif de détention concerne des infractions de droit commun (vol, escroquerie, abus de confiance, corruption), détaille le ministère des affaires étrangères.

Ces prisonniers peuvent demander leur transfèrement en France si leur jugement est définitif, si la durée de la peine restant à purger est supérieure à six mois ou encore si la France et l’Etat concerné ont signé une convention sur le transfèrement des personnes condamnées, c’est le cas pour le Canada, le Japon ou les pays membres du Conseil de l’Europe.

Capture d’écran 2015-10-27 à 12.29.20

Ils sont pour la plupart localisés en Europe, notamment dans les pays frontaliers (Espagne, Allemagne, Suisse, Belgique) avec 1822 détenus. Viennent ensuite l’Afrique du nord (230 détenus),  l’Amérique du nord (237 détenus), l’Asie-Océanie (98 détenus) ou le Moyen‐Orient (43 détenus).

Parmi ces 2558 ressortissants français incarcérés, huit ont été condamnés à mort comme Serge Alaoui en Indonésie ou Michaël Legrand condamné en Louisiane (Etats‐Unis) pour meurtre.