Les ORL inquiets du port d’écouteurs par les bébés

Selon une étude parue jeudi, 10% des enfants de moins de deux ans écoutent leur berceuse avec des écouteurs. Une pratique dénoncée par le corps médical.

Un enfant de moins de deux ans sur dix s’endort le soir le casque sur les oreilles. C’est ce qu’affirme une étude parue jeudi.  Réalisée par l’Institut Ipsos à la demande de l’association « La semaine du son » auprès de 1500 personnes, elle montre que 15% des enfants de moins de deux ans utilisent des casques ou des écouteurs. C’est une alternative à la berceuse pour 61% d’entre eux.  Un chiffre qui alarme les médecins ORL, inquiets des conséquences sur le développement de si jeunes enfants.

Entre zéro et deux ans, le système auditif est en train de se mettre en place. Les enfants de cet âge sont donc particulièrement sensibles au bruit. Avec le port d’un casque, le son est directement envoyé de l’écouteur à l’oreille, sans pouvoir s’atténuer. L’intensité est trop forte pour une oreille en cours de maturation, même si le volume est réduit. La conséquence, selon Jean-Michel Klein, président du Syndicat National des Médecins ORL, c’est « un vieillissement prématuré de l’oreille ». Avec, à la clef, un risque de surdité accru une fois atteint l’âge adulte. « On connaît les conséquences du bruit au travail, on connaît les conséquences du bruit en boîte de nuit, maintenant, malheureusement, on va connaître les conséquences du bruit du casque chez les bébés », renchérit-il.

Autre problème soulevé par l’étude, la durée d’écoute. Les jeunes enfants écoutent leurs comptines avec des écouteurs pendant une demi-heure par jour en moyenne. Une durée adaptée à des enfants de sept ou huit ans, mais pas à des bambins, indiquent les médecins.

Des conséquences neurologiques encore mal connues

Plus inquiétant encore, les médecins pointent du doigt un impact potentiel sur le développement du cerveau des enfants concernés. L’oreille joue un rôle essentiel pour un bébé qui découvre son environnement extérieur. Or, le casque isole tous les autres sons. A l’âge de l’éveil, où le cerveau de l’enfant doit être constamment stimulé pour se former, les médecins craignent que les capacités intellectuelles s’en ressentent. Aucune étude ne peut encore estimer jusqu’à quel point les connexions entre neurones pourraient être affectées. Mais le risque, pour Jean-Michel Klein, suffit à juger le port du casque « aberrant et choquant ».

Les recommandations des médecins sont plutôt simples. Jusqu’à deux ans, il faut bannir l’utilisation du casque ou des écouteurs. Pour la berceuse du soir, préférer une enceinte. Voire ses propres vocalises.