Paris : Circulation alternée mardi si le pic de pollution se poursuit

Ségolène Royal a annoncé sur France Info depuis Pékin la mise en place de la circulation alternée à Paris, mardi 3 octobre, si le pic de pollution devait se poursuivre. Dès dimanche, la maire de Paris, Anne Hidalgo, et le président de la région Ile‐de‐France, Jean‐Paul Huchon, avaient réclamé des « mesures immédiates ». Mais leur demande était arrivée trop tard pour mettre en place la circulation alternée lundi, selon la ministre de l’Ecologie.

Ségolène Royal a souligné que “pour déclencher une circulation alternée à 17 heures pour le lendemain, il faut quand même un petit délai, ne serait‐ce que pour que le dispositif soit mis en place”. Elle a indiqué qu’elle allait demander “dès ce matin” au préfet de prendre des mesures pour faire face à la pollution aux particules fines, à savoir le contournement de la ville par les poids lourds et l’abaissement de la vitesse de circulation.

Une mauvaise qualité de l’air aujourd’hui

Airparif, l’association chargée de la surveillance de la qualité de l’air en région parisienne, a annoncé hier que le « niveau d’information » (pollution dépassant 50 microgrammes de poussières en suspension par mètre cube en moyenne sur la journée) devrait être dépassé aujourd’hui. La concentration de particules fines PM10 (diamètre inférieur à 10 microns) devrait être comprise entre 55 microgrammes et 65 microgrammes par mètre cube au maximum. La situation devrait toutefois s’améliorer mardi, selon Airparif.

Les particules fines affectent les systèmes respiratoire et cardiovasculaire. Elles sont une des principales sources de pollution de l’air. En milieu urbain, elles sont émises notamment par le trafic routier et, l’hiver, par le chauffage. L’Agence régionale de santé recommande aux populations les plus sensibles de réduire leurs activités physiques (personnes âgées, femmes enceintes, jeunes enfants, personnes asthmatiques ou ayant des pathologies cardio‐vasculaires…).