Droit de vote des étrangers : Cambadélis contredit Valls

Alors que le Premier ministre considère que le droit de vote des étrangers aux élections locales n'est pas à l'ordre du jour, le premier secrétaire du PS laisse entendre une voix discordante.

Le premier secrétaire du Parti socialiste (PS) Jean-Christophe Cambadélis a annoncé mercredi que le droit de vote des étrangers non-communautaires aux élections locales était «toujours à l’ordre du jour». La veille, Manuel Valls avait pourtant affirmé que ce n’était «plus le sujet», lors d’un débat à Sciences Po.

Devant l’Association des journalistes parlementaires, Jean-Christophe Cambadélis a souligné qu’«obtenir que les étrangers en situation régulière présents sur le sol français depuis plus de dix ans participent aux élections municipales n’est pas attentatoire à la République et est au contraire un moyen de la conforter ».

Accorder aux étrangers non-communautaires le droit de vote aux élections locales était l’une des promesses de campagne du candidat François Hollande à la présidentielle de 2012. Mais selon Manuel Valls, la mesure «ne sera pas mise en œuvre» avant 2017 et «ne sera pas proposée à la prochaine élection présidentielle parce qu’elle tend inutilement».