Hollande au secours de la planète: des kilomètres et du CO2

Pour assurer le succès de la COP21 qui se tiendra début décembre à Paris, François Hollande a multiplié les voyages à l'étranger. On a voulu savoir l'impact environnemental de cette campagne de sensibilisation au réchauffement climatique.

 

Depuis deux ans, François Hollande parcourt le monde à bord de son Airbus A330 pour prêcher la bonne parole. Il rentre ce jeudi d’un déplacement en Chine où il est parvenu à obtenir un accord prometteur. Son homologue chinois Xi Jinping s’est engagé à faire des efforts pour réduire les émissions de gaz à effets de serre. Moins d’un mois avant le début de la COP21, le président peut être optimiste et espérer la signature d’un accord mondial contre le réchauffement climatique. Mais écumer le monde, ce n’est pas neutre… On a voulu calculer la distance parcourue par le président durant ces deux dernières années et son impact sur l’environnement.

Tournée

Résumons. Le premier déplacement de François Hollande  à bord de son Airbus A330 pour parler climat était en novembre 2014 en Nouvelle-Calédonie lors de la Commission Pacifique Sud. Il avait profité d’une visite en Australie pour y faire un crochet. Trajet aller-retour: 35917km. A suivi un voyage à Saint-Pierre-et-Miquelon, archipel français d’Amérique du nord, en décembre 2014. Cette fois-ci: 8552 kilomètres. Début 2015, François Hollande s’est rendu aux Philippines. Il était accompagné des deux actrices françaises Mélanie Laurent et Marion Cotillard. Cette dernière avait lancé «l’Appel de Manille» aux côtés de la sénatrice philippine Lauren Legarda. L’aller-retour Paris-Manille: 21510km.

Au mois de mai c’est une véritable tournée qu’a effectué le président puisqu’il a visité six îles des Caraïbes: Saint-Barthélémy, Saint-Martin, la Martinique, la Guadeloupe, Cuba, et Haïti. C’est à Fort-de-France (Martinique) que le président a particulièrement parlé de la santé de la planète, lors du Sommet Caraïbes Climat. Total: 16651 km. En juillet dernier, Hollande est parti en Afrique subsaharienne. Au programme: Bénin, Angola et Cameroun; pour une distance parcourue de 13557km. Fin juillet c’est un petit trajet que le président a effectué — mais tout de même en avion. Il s’est rendu à Marseille pour le Forum méditerranéen sur le climat. 1322km tout de même pour l’aller-retour. Le 16 octobre dernier, François Hollande était en Islande: 4380km. Les 3 et 4 novembre dernier, le président était en Chine, puis en Corée où il s’est rendu hier. Cela fait 18154km. Sa croisade pour la sauvegarde de la planète lui a donc fait parcourir, pour l’instant environ 130000 km.

Bilan

Son bilan carbone doit, par conséquent, être élevé aussi. Notons qu’il est difficile d’évaluer précisément le taux de CO2 rejeté puisqu’on ne sait pas exactement avec combien de personnes François Hollande était pour chaque voyage. Selon l’éco-comparateur de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) réalisé avec des chiffres d’Air France, un passager d’avion a un bilan carbone d’environ 15 tonnes de dioxyde de carbone pour une distance de 130000km.

Mais Hollande ne voyage pas seul : la plupart des voyages sont effectués avec l’avion présidentiel, un A330. Du coup, le bilan carbone de François Hollande — et des délégations qui l’accompagnent au fil de ses voyages- se rapproche des 3500 tonnes de CO2. A titre de comparaison, c’est l’équivalent de plus de 3000 ans de chauffage au gaz dans un appartement trois pièces. Reste à espérer qu’un accord ambitieux sera trouvé lors de la conférence de Paris, qui compenserait largement ces émissions présidentielles.