Avec le porte‐avions Charles‐de‐Gaulle, la France va doubler sa force de frappe contre Daech

L'Elysée a annoncé ce jeudi le déploiement du porte-avions français pour participer aux opérations contre Daech en Irak et en Syrie.

La France passe à la vitesse supérieure contre l’Etat islamique. A l’issue d’un conseil de défense, François Hollande a décidé jeudi d’envoyer dans le Golfe l’unique porte‐avions français pour appuyer les opérations contre Daech. L’étendard de la marine française va plus que doubler le potentiel militaire de la France dans la région, en s’ajoutant aux six Rafale présents aux Emirats arabes unis et aux six Mirage basés en Jordanie.

La France intervient en Syrie depuis le 27 septembre dernier mais n’a pour l’instant réalisé que deux frappes contre les positions de Daech. C’est beaucoup moins qu’en Irak où la France est engagée depuis septembre 2014. Selon l’état-major français, 271 frappes y ont été effectuées dans le cadre de l’opération Chammal.

Deuxième déploiement en six mois

Des frappes auxquelles le Charles‐de Gaulle avait participé puisqu’il avait déjà été déployé dans le Golfe entre février et avril 2015, alors qu’elles se cantonnaient à l’Irak. Pendant huit semaines, la vingtaine d’appareils embarqués sur le porte‐avions avaient réalisé entre 10 et 15 sorties de combats par jour, selon l’état-major français. Il était depuis stationné à Toulon pour des opérations d’entretien.

Les décodeurs du Monde.fr publiaient le 22 février dernier une cartographie de la situation du Charles‐de‐Gaulle dans le Golfe :