Valérie Pécresse veut dépister le cannabis dans les lycées

Pour lutter contre la consommation de cannabis chez les jeunes, Valérie Pécresse propose de mettre en place des tests salivaires dans les lycées d’Ile-de-France.

Gare aux fumeurs de cannabis ! Dans le cadre des élections régionales, la candidate Les Républicains (LR) en Ile‐de‐France Valérie Pécresse a annoncé au Parisien vouloir lutter contre la drogue dans les lycées franciliens. L’objectif est de proposer ce dispositif aux conseils d’administration des 470 établissements de la région afin qu’ils puissent trancher. Les élèves pourraient donc être soumis à un test salivaire obligatoire ; celui qui refuse sera considéré comme positif. Le plan ne s’arrête pas là. En plus de traquer les jeunes consommateurs de cannabis, les parents seraient prévenus en cas de test positif. Les directeurs d’établissements n’auront accès qu’à des statistiques sur leurs étudiants.

En cas de résultats jugés excessifs, des mesures drastiques seront mises en place. Pour lutter contre les dealers, des moyens allant de la vidéoprotection à la mobilisation de forces de l’ordre se présenteront comme alternatives.

NKM est sceptique

La vice‐présidente déléguée LR Nathalie Kosciusko‐Morizet n’est pas emballée par le plan de sa candidate. Si elle reconnaît que la consommation de cannabis est un problème et que les préoccupations des parents sont importantes, elle souligne les difficultés d’appliquer un tel dispositif. La proposition de Valérie Pécresse, dont le cout est estimé à 2 millions d’euros, apparaît trop peu réaliste aux yeux de la députée de l’Essonne. Une chose la satisfait : « Je ne suis pas de ceux qui négligent l’importance de l’usage du cannabis et aider les parents, c’est bien ». Rappelons que cette idée ne date pas d’aujourd’hui. Jean‐François Copé en 2012 et Eric Ciotti en 2014 avaient également mis sur la table les dépistages salivaires pour le secondaire.