Tennis : les joueurs plutôt conquis par le nouveau Bercy

La salle a rouvert ses portes au tennis après 21 mois de travaux et un coût total de 135 millions d’euros avec une salle neuve, une nouvelle surface, un hall refait et de nouveaux sièges.

De l’extérieur, la transformation est à peine visible. Mis à part le nom « AccorHotels » qui remplace l’ancien «Palais Omnisports Paris Bercy», l’architecture reste la même. Une bonne nouvelle pour Alexis Frobert, 37 ans et habitué du tournoi de Bercy. « De l’extérieur ça n’a pas beaucoup changé, j’ai l’impression qu’ils se sont concentrés sur l’intérieur. C’est une bonne chose d’avoir gardé les pelouses, ça met un peu de verdure au quartier qui en a bien besoin. » Seule différence notable, les accès aux différentes entrées ont été vitrés. « Avant, il y avait une seule entrée principale, maintenant les accès sont facilités tout autour de l’enceinte. Et puis, les vitres, c’est classe », se réjouit Alexis.

Nicola Mahut : « La salle est magnifique, le court aussi »

A l’intérieur, le changement est saisissant. Un grand hall refait à neuf accueille le public. Dans une odeur de peinture fraîche, les spectateurs profitent des nouvelles animations et autres buvettes pour se détendre avant, pendant et après les matchs. Une réussite pour Didier, 65 ans et déjà présent lors de l’édition précédente. « C’est moins bazar que l’an dernier. Il y a plus de place et tout est neuf donc c’est agréable. » Pour les plus fortunés, des aménagements ont également été faits. Le nombre de loges est passé de 20 à 45 et les places VIP ont quadruplé, passant de 500 à 2000.

Lorsque l’on pénètre dans la salle, même constat. Impossible de ne pas remarquer la différence. Le nouvel éclairage et le changement de couleur, où le rouge des sièges laisse place au noir et où le gris désormais entoure le court, donnent une impression générale de neuf et d’élégance. Un changement qui a ravi Nicolas Mahut, malgré sa défaite au premier tour. « La salle est différente, oui, a‑t-il expliqué en conférence presse suite à sa défaite. Elle est magnifique. Le court aussi. Visuellement, c’est plus agréable car tout noir. C’est agréable à jouer. J’ai pris beaucoup de plaisir même si je n’ai pas été bon. » En plus de cette couleur, bonne nouvelle pour les spectateurs : les sièges sont maintenant molletonnés et pourvus d’accoudoir pour offrir un confort maximal.

Un show à l’américaine

Chez les joueurs, ce changement leur demande un petit temps d’adaptation mais n’a pas tardé à les séduire. Il n’aura fallu qu’un entraînement pour convaincre le numéro 3 mondial, Andy Murray. «La nouvelle salle ? J’adore !», s’est-il exclamé en conférence de presse. Même son de cloche chez Roger Federer. «Tu sens qu’il y a un peu l’air frais qui passe ici, c’est plus joli, plus sympa.» La surface, elle aussi a connu un lifting. Le court est plus lent qu’auparavant et les effets décuplés où le slice s’écrase sur le sol et le lift rebondit toujours plus haut.

L’écrin de 15 000 places, dans sa configuration tennis, a fier allure. Une esthétique boostée par des animations autour des matchs sur lesquels les organisateurs du tournoi ont mis le paquet. Le show d’avant-match est plus spectaculaire qu’avant et culmine avec  l’entrée des joueurs, avec jeux de lumières et l’arrivée des tennismen depuis un tunnel hexagonal clignotant. Et les spectateurs n’ont pas encore tout vu puisque dans la présentation du tournoi Guy Forget, son directeur, a prévenu que pour la finale « une belle surprise les attend ».