Christophe Castaner : se maintenir, c’est “assurer la victoire du FN”

Alors que son collègue du Grand Est, Jean-Pierre Masseret, a décidé de se maintenir, Christophe Castaner a suivi les consignes de son état-major et s’est retiré après le premier tour en région PACA. Interrogé par Les ateliers du CFJ, il revient sur la stratégie du PS.

Que pensez-vous de la décision de votre collègue, Jean-Pierre Masseret de se maintenir au second tour ?

Il a tort. En assumant ainsi ce choix, il assure la victoire du FN. Je me suis personnellement retiré, ça m’a fait mal. Mais nous devons nous effacer parce qu’il faut avoir de l’éthique. Il ne faut pas sacrifier nos valeurs pour quelques élus dans un conseil régional.

Vous êtes donc prêts à abandonner la direction de la région pendant six ans ?

C’est douloureux, bien évidemment. Quand vous avez mené une campagne de fond, proche des gens, renoncer n’est pas facile. Mais le symbole compte.

Au risque de nourrir la théorie de l’“UMPS” du FN ?

Pour qu’il y ait de l’UMPS il faut qu’il y ait des accords, des tactiques, qu’on se concerte entre nous. Je me suis désisté sans en avoir discuté avec Christian Estrosi. J’ai d’ailleurs refusé l’idée de fusion de listes car cela signifie que l’on s’accorde sur des points. Or nous avons des désaccords profonds. Pour moi, la droite de Christian Estrosi est celle qui a banalisé les propos du FN. En PACA, Marion Maréchal-Le Pen est la graine qu’il a lui-même semée. Cependant, je fais la différence entre les individus et leurs partis. Pour moi, LR est un parti républicain, pas le FN.