Cop21 : le prix fossile du 7 décembre pour l’Arabie Saoudite

C’est le point culminant des soirées « off » de la COP 21. Lorsque les diplomates rangent leurs dossiers après une journée de négociations, un homme grimé en croque‐mort fait son entrée en scène. C’est cet étrange personnage qui, chaque soir, décerne le « Prix Fossile du jour ». La récompense ironique met à l’honneur les mauvais élèves de la COP.

Ce prix — lancé à Bonn en 1999 à l’occasion de la Cop 5 – lutte contre le réchauffement climatique à sa manière : l’humour. Ainsi, lundi 30 novembre, les Belges ouvraient le palmarès. Non contents d’être venus à la COP 21 les bras presque vides de propositions énergétiques, le ministre de l’Environnement Marie Christine Marghem manquait son train pour l’ouverture en grande pompe au Bourget. Une situation ubuesque qui n’a pas manqué d’être épinglée.

Mis sur pied par Action for Climate, un collectif associatif regroupant plus de 950 ONG, le « Prix Fossile » – un clin d’œil à Jurassic Park – a trouvé son grand vainqueur, avant même la clôture de l’évènement. Cette année, le bonnet d’âne revient sans conteste à l’Arabie Saoudite, déjà six fois nominée (sur 7) depuis l’ouverture des négociations. Il avait notamment remis ses objectifs chiffrés avec quarante jours de retard.

La blague s’est ponctuée de la remise d’une statuette à la fausse représentante de l’Arabie Saoudite, « fière d’être la reine du blocage ».