La coalition internationale dément avoir bombardé l’armée syrienne

L'Observatoire syrien des droits de l'homme dénonçait ce lundi matin un bombardement de la coalition internationale sur un camp de l'armée syrienne. L'attaque aurait tué trois soldats du régime de Bachar el-Assad. Une accusation rejetée par la coalition.

La coalition internationale dément être à l’origine de l’attaque aérienne ayant fait trois morts parmi les soldats de l’armée syrienne, dimanche.

Nous n’avons mené aucune frappe dans cette partie de Deir Ezzor”, a affirmé le colonel Steve Warren, porte‐parole de la coalition contre Daesh menée par les Etats‐Unis.

Le colonel Warren a ensuite affirmé : “Nos raids ont eu lieu à 55 km de la zone où les Syriens font état de l’attaque, nous avons frappé des puits pétroliers et il n’y avait pas d’êtres humains dans cette zone”. Des déclarations qui vont à l’encontre de ce qu’avait affirmé plus tôt dans la journée le ministère des Affaires étrangères syrien et l’Observatoire syrien des droits de l’Homme.

L’attaque a été fermement condamnée par le régime syrien qui assure que ces raids menés par quatre avions de la coalition ont tué trois de ses soldats et blessé treize autres. Il fait par ailleurs état de la destruction de plusieurs véhicules militaires et de dépôts d’armes.

Le ministère des Affaires étrangères syrien a invoqué le non respect de la Charte des Nations Unis et appelle le Conseil de sécurité à “prendre les mesures nécessaires pour éviter qu’un tel incident de ne se répète”.

Si des éléments venaient confirmer l’implication de la coalition dans cette attaque, ce serait la première fois qu’elle se trouverait à l’origine de bombardements sur les troupes syriennes.